Les coups de cœur du club de lecture n°42 – juillet 2017

2017 07 coups de coeur 42

« Juste avant le bonheur », Agnès Ledig : récit bouleversant qui nous fait osciller entre larmes et sourires. (Eveline)

« Camille, mon envolée », Sophie Daull : une mère parle de la mort de sa fille et du deuil s’ensuivant avec sérieux mais aussi une pointe d’humour qui permet de souffler de temps en temps.  (Eveline)

« Les jours fragiles », Philippe Besson : superbe roman sur la fin de la vie de Rimbaud du point de vue de sa sœur. (Claudine)

« Riquet à la houppe », Amélie Nothomb : intéressant livre  sur la beauté qui est avant tout dans l’œil de celui qui regarde. (Béatrice)

« Un nouveau climat », Philippe J. Dubois et Pierre Lefevre : essai alarmant sur le changement climatique qui en  explique les causes et donne des solutions. (Yolande)

« L’art presque perdu de ne rien faire », Dany Laferrière : recueil d’anecdotes et d’interventions radiophoniques qui amènent à réfléchir à notre manière d’être. (Raphaël)

« Et mes yeux se sont fermés », Patrick Bard : roman pertinent et d’actualité parlant d’une jeune fille de 16 ans qui se fait embrigader par les djihadistes et qui revient ensuite. (Nicole)

« Le photographe », Guibert-Lefèvre-Lemercier : récit autobiographique fascinant d’un reporter photographe accompagnant des médecins sans frontières en Afghanistan.  (Jacqueline)

« Sept histoires qui reviennent de loin », Jean-Christophe Ruffin : délicates nouvelles philosophiques et humoristiques qui se passent à l’étranger. (Claudine)

« Martin Eden », Jack London : roman complexe sur les apparences et les classes sociales de la société du XIXe siècle encore étonnamment d’actualité. (Raphaël)

« Nos campagnes d’hier et d’aujourd’hui », Marie-France Noël et Jean-Jacques Brisebarre : documentaire superbement illustré sur l’évolution des campagnes lors des dernières années. (Yolande)

« Un avion sans elle », Michel Bussi : enquête pleine de rebondissements et de suspense.  (Nicole)

« La tendresse des pierres », Marion Fayolle : BD faussement naïve et intelligemment métaphorique sur la maladie et son impact sur une famille soudée. (Sophie)

« Les animaux ne sont pas comestibles », Martin Page : plaidoyer philosophique, politique et pratique pour le véganisme. (Sophie)

Date du prochain club de lecture : vendredi 4 août  2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s