Coups de cœur arc-en-ciel des bibliothécaires: Les Argonautes, Maggie Nelson

LGBT 2018 6 Les Argonautes

De quoi ça parle?

Les Argonautes, c’est d’abord une histoire d’amour. Deux êtres qui se rencontrent et tombent éperdument amoureux. Leur amour grandit, leurs deux corps se transforment, et avec leurs mutations d’autres grandes questions résonnent : qu’est-ce que la maternité? Comment se construit le genre? Comment vivre et penser la marge en construisant une famille?

À la lisière de l’essai et de l’autofiction, Les Argonautes est à la fois amusant et indigné, souvent emporté, toujours brillant. Maggie Nelson nous y présente les penseurs qui l’ont aidée à vivre, Judith Butler, Susan Sontag, Gilles Deleuze ou Roland Barthes. Elle parvient à mêler histoire intime et réflexion, livrant un texte à nul autre pareil, brillant et solaire. Au fil de ses lectures, elle nous emmène en Floride sur la plage, au cabaret burlesque, dans une université de New York, dans le bureau d’un shérif en Californie, à la très kitsch chapelle de Hollywood… Et surtout, elle s’assure que nous ne verrons plus jamais de la même façon le mystère de la fabrication d’un corps par un autre.

.

Pourquoi on aime?

Maggie Nelson est une universitaire érudite qui cite et explique de nombreux auteurs dans cet étrange livre qui n’est ni un essai, ni un roman, ni de l’auto-fiction mais plus ce que les Américains appellent de la « non-fiction ». Et pourtant, Les Argonautes n’est ni obscur, ni abscons, mais bien totalement abordable par tous. Qu’on se retrouve en l’auteur ou qu’on soit d’un univers littéraire, social ou sexuel littéralement opposé au sien, on a une place dans ses réflexions sur ce qui constitue le sexe, le genre ou encore l’identité. Maggie Nelson s’interroge et dénonce en nous amenant à réfléchir nous aussi aux questions qu’elle pose et auxquelles elle n’a pas forcément la réponse.

Maggie Nelson a vécu une situation assez spéciale l’ayant amenée à ces interrogations: alors qu’elle était elle-même enceinte, et donc explorant un aspect de sa féminité qu’elle ne connaissait pas encore, son partenaire, homme trans, abandonnait son identité de femme pour devenir de plus en plus physiquement l’homme qu’il a toujours été. Elle s’est donc retrouvée à remettre en question son rapport à son propre corps ainsi qu’à celui de son mari, le tout dans une constante réflexion sur la place laissées aux femmes dans notre société occidentale.

A travers un cas particulier, l’autrice touche donc à l’universel et réfléchit à ce que cela veut dire d’être une femme, queer de surcroît, dans un monde qui dévalorise ces deux choses. Mais Les Argonautes, c’est également une histoire d’amour, de sentiments plus forts que le genre et les années. C’est touchant et ça travaille longtemps après la fin de la lecture.

.

On en parle aussi chez Les Carnets de Bord, Télérama, Bonnes feuilles et mauvaises herbes et sur France culture.

.

journée lutte contre homophobie

Publicités

Une réflexion sur “Coups de cœur arc-en-ciel des bibliothécaires: Les Argonautes, Maggie Nelson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s