Bibliothécaire d’un soir #3: les choix de Jean-Marc Ceci

.

Bibliothécaire d'un soir - Jean-marc Ceci

.

Pour notre troisième édition de « Bibliothécaire d’un soir« , vendredi 29 juin dernier, c’est Jean-Marc Ceci, auteur du doux, calme et envoutant « Mr Origami » qui nous rejoignait pour nous parler des livres ayant marqué sa vie de lecteur. Voici les titres qu’il nous a présentés.

G01341_Monsieur_Origami_47L.indd

.

Pour ceux qui ont manqué cette rencontre et/ou pour ceux qui souhaitent la prolonger, voici la liste des choix de notre bibliothécaire d’un soir ainsi que l’enregistrement qui a été fait de ses explications. A noter qu’en plus de pouvoir retrouver le podcast sur la page d’Audioville (Soundcloud), notre partenaire, vous pourrez maintenant aussi écouter la rencontre sur Youtube (juste le son, nous ne faisons pas d’enregistrement vidéo):

.

1. « Citadelle », Antoine de Saint-Exupéry

Citadelle

Un seigneur berbère, évoque les leçons que lui donna son père pour faire de lui un homme et un roi – c’est sur cette trame que Saint-Exupéry brode dès 1936 ce qu’il appelle d’abord son « poème » et qui est devenu Citadelle, somme de réflexions sur la condition humaine et résumé de ses croyances.
Sous l’affabulation d’une éducation de prince du désert, il approfondit les thèmes abordés ici et là dans ses romans ou ses carnets.
Ses préoccupations d’humaniste pour qui le bonheur n’est jamais une fin en soi, ni la grandeur une action sans idéal, se traduisent en pages amples et sereines animées d’un souffle lyrique.
On retrouve dans cette œuvre dense, interrompue par une mort glorieuse, tout ce qui vaut à Saint-Exupéry sa place privilégiée dans les lettres modernes, l’écrivain sobre et vigoureux de Pilote de guerre ou de Vol de nuit, comme le moraliste poète qui a imaginé ce délicat chef d’œuvre qu’est Le Petit Prince.

.

2. « La Conjuration des Imbéciles », John Kennedy Toole

la conjuration des imbéciles

À trente ans passés, Ignatius vit encore cloîtré chez sa mère, à La Nouvelle-Orléans. Harassée par ses frasques, celle-ci le somme de trouver du travail. C’est sans compter avec sa silhouette éléphantesque et son arrogance bizarre…
Chef d’œuvre de la littérature américaine, La conjuration des imbéciles offre le génial portrait d’un Don Quichotte yankee inclassable et culte.

« On ne peut pas lire ce livre, l’un des plus drôles de l’histoire littéraire américaine, sans pleurer intérieurement tous ceux que Toole n’a pas écrits.« 

Raphaëlle Leyris – Les Inrockuptibles

.

3. « Don Quichotte », Cervantès

Don Quichotte

Parce qu’il a lu trop de romans de chevalerie, don Quichotte a perdu la raison : il est persuadé que le monde est peuplé de chevaliers errants et d’enchanteurs maléfiques. Comme dans ses livres préférés, il veut rendre la justice et combattre pour l’honneur de sa dame. Accompagné de Sancho Panza, son fidèle écuyer, il part sur les routes d’Espagne. Et voici notre héros qui affronte des moulins à vent, qui prend des auberges pour des châteaux et des paysannes pour de belles princesses ! Avec son roman, Cervantès a réussi à faire d’un vieux fou à l’imagination débordante et de son valet plein de bon sens un couple mythique ; de leurs aventures rocambolesques, il a su tirer une œuvre d’une prodigieuse modernité, qui continue d’amuser et de ravir le lecteur, quatre siècles après.

.

4. « Pays de neige », Yasunari Kawabata

Pays de neige

À trois reprises, Shimamura se retire dans une petite station thermale, au coeur des montagnes, pour y vivre un amour fou en même temps qu’une purification. Chaque image a un sens, l’empire des signes se révèle à la fois net et suggéré. Le spectacle des bois d’érable à l’approche de l’automne désigne à l’homme sa propre fragilité.

« Le rideau des montagnes, à l’arrière-plan, déployait déjà les riches teintes de l’automne sous le soleil couchant, ses rousseurs et ses rouilles, devant lesquelles, pour Shimamura, cette unique touche d’un vert timide, paradoxalement, prenait la teinte même de la mort.« 

.

5. « Océan mer », Alessandro Baricco

Océan merIl y a bien longtemps de cela, au milieu d’un océan, une frégate de la marine française fit naufrage. Cent quarante-sept hommes tentèrent d’en réchapper en prenant place sur un radeau. Une horreur qui se prolongea des jours et des jours, durant lesquels se donnèrent à Voir la férocité extrême et la pitié la plus douce.

Il y a bien longtemps de cela, sur le bord de l’océan, arriva un homme. Ce qui l’avait amené là était une promesse. La pension dans laquelle il s’arrêtas’appelait Almayer. Sept chambres. D’étranges enfants, un peintre, une femme très belle, un professeur avec un drôle de nom, un homme mystérieux, une jeune fille qui ne voulait pas mourir, un prêtre amusant. Tous là, à chercher quelque chose, en équilibre sur l’océan.

Il y a bien longtemps de cela, ces destins et d’autres rencontrèrent la mer et en revinrent marqués. Ce livre les raconte,parce que en les écoutant, on entend la Voix de la mer. Il peut se lire comme un récit à suspense, un poème en prose, un conte philosophique ou un roman d’aventures. Ce qui domine en tout cas,c’est la jubilation de raconter des histoires, à travers une écriture et une technique romanesque sans modèles ni antécédents.

.

Choix de Jean-marc Ceci pour bibliothécaire d'un soir

.

Ces livres, ainsi que « Monsieur Origami », sont disponibles au prêt.

.

La prochaine bibliothécaire d’un soir sera Léonie Bischoff, qui viendra nous parler des livres qui l’ont marqué vendredi 31 août à 19h.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s