Les coups de cœur du club de lecture n°57 – octobre 2018

Coups de coeur 57 club lecture octobre 2018

« Moi, d’abord », Katherine Pancol : roman érotique qui parle également d’émancipation et de recherche de soi. (Claudine)

« Elle s’appelait Sarah », Tatiana de Rosnay : roman bouleversant sur la culpabilité et le devoir de mémoire. (Eveline)

« Jamais », Duhamel : pur bonheur en BD bonheur, histoire très touchante et plus profonde qu’on ne pourrait le penser. (Jacqueline)

« La disparition de Stéphanie Mailer », Joël Dicker : thriller incroyable et hallucinant. (Raphaël)

« L’homme qui est tombé dans l’oubli », Mia Ajvide : fable fantastique sur notre rapport aux autres et à l’histoire. (Yolande)

« La vraie vie », Adeline Dieudonné : roman violent et inquiétant sur un père prédateur. (Claudine)

« The End », Zep : BD apocalyptique et fable écologique tragique importante. (Jacqueline)

« Bruges la morte », Rodenbach : classique envoutant et troublant. (Yolande)

« Les prénoms épicènes », Amélie Nothomb : tragédie familiale, histoire d’une double vengeance. (Claudine)

« Inversion », Gaillard-Woodrbidge-Chabert : BD sur la dépression où rêve et réalité se mélangent. (Jacqueline)

« J’ai perdu Albert », Didier Van Cauwelaert : roman truculent sur une jeune médium. (Yolande)

« La femme du Ve », Douglas Kennedy : livre intrigant qui verse doucement vers le fantastique. (Claudine)

« Si tu passes la rivière », Geneviève Damas : magnifique histoire comme un puzzle à reconstruire avec un mystère en son cœur. (Jacqueline)

« Le chant du coucou », Frances Hardinge : roman fantastique qui frôle l’horreur, il inquiète tout en fascinant. (Yolande)

« Je vais bien, ne t’en fais pas », Olivier Adam : récit bref, concis à l’écriture haletante sur la séparation. (Jacqueline)

« La tête sous l’eau », Olivier Adam : roman pour adolescents qui reprend la thématique de la perte et des non-dits déjà explorée dans « Je vais bien, ne t’en fais pas ». (Jacqueline)

« L’arbre-monde », Richard Powers : récit épique, écologique et important sur le rapport de l’homme à la nature. (Sophie)

« Une douce lueur de malveillance », Dan Chaon : thriller psychologique adroit qui se construit par strates. (Sophie)

Date du prochain club de lecture : vendredi 9 novembre 2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s