Les livres qui dérangent: « L’amour, accessoires », Fleur Breteau

livres qui dérangent 05 l'amour accessoires fleur breteau

De quoi ça parle?

«Comme un prêtre défroqué, j’ai vécu pendant six ans un sacerdoce non prémédité dans des boutiques qui vendaient des objets dédiés à l’épanouissement sexuel. Recueillant les confessions de milliers de personnes, les angoisses amoureuses, l’effroi de la solitude et l’intimité qui débloque, j’ai vite compris que nous avions en charge non seulement un commerce, mais aussi une mission d’utilité publique.»

Dans ce récit documentaire, Fleur Breteau nous fait découvrir un lovestore de l’intérieur. Avec sa bienveillante ironie, elle alterne portraits de clients, modes d’emploi de sextoys et chronique de sa propre existence où surgit la figure d’une sulfureuse arrière-grand-tante. On est touché par le regard acéré et vivifiant, jamais impudique, de cette femme qui a le goût des autres et abhorre la «pensée sexuelle unique».

.

 Pourquoi ça dérange?

Dans un monde qui aborde la sexualité de manière saine, ce livre ne dérangerait pas. Néanmoins, nous vivons dans un société qui a un rapport étrange à la sexualité et l’expérience de Fleur Breteau dans le sex shop dans lequel elle travaillait le prouve.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s