Bibliothécaire d’un soir #9: les choix de Marzena Sowa

Les « Bibliothécaire d’un soir » continuent en 2019! Pour la huitième rencontre, vendredi 21 juin 2019, c’est Marzena Sowa, autrice BD (série des Marzi), qui nous rejoignait pour nous parler des livres ayant marqué sa vie de lectrice. Voici les titres qu’elle nous a présentés.

2019 06 21 Marzena Sowa bibliothécaire d'un soir

.

Pour ceux qui ont manqué cette rencontre et/ou pour ceux qui souhaitent la prolonger, voici la liste des choix de notre bibliothécaire d’un soir ainsi que l’enregistrement qui a été fait de ses explications. Vous pouvez retrouver le podcast sur Audioville ici (vous pouvez retrouver tous les épisodes ici).
Pour vous abonner:
→ RSS https://frama.link/rssbib
→ iTunes https://frama.link/itubib
→ Spotify https://frama.link/spobib

Et si vous préférez aller sur youtube, nous rajouterons une vidéo sur notre chaîne dès que Sophie aura arrêté de s’arracher les cheveux pour trouver un programme remplaçant correctement Windows Movie Maker qui n’est apparemment pas compatible avec Windows 10 (ou les joies de changer d’ordinateur) et qu’elle saura utiliser (surtout).  (Oui, elle n’a toujours pas trouvé.) A venir donc. ^_^

.

Fouillis feuillu, Noémie Marsily

MARZENA Fouillis feuillu Noémie Marsily

 

 

 

 

 

 

 

.

Rien, José Parrondo

MARZENA Rien José Parrondo

« Le rien contient du rien et rien d’autre », mais le rien renvoie-t-il nécessairement au vide, à l’absence, à l’inexistant ? Finalement, rien n’est moins sûr. Et comme José Parrondo n’est sûr de rien, il observe, il s’observe parmi les autres et le monde qui l’entoure. Il s’égare aussi et ses déambulations l’amènent à d’infimes découvertes et à des révélations microscopiques. Il nous murmure à l’oreille que les choses n’attestent pas de leur présence mais révèlent au contraire, en négatif, un ordre inversé et insoupçonné. Son sens de l’absurde questionne avec impertinence et fantaisie l’endroit, l’envers, le dedans, le dehors et plus largement le monde des apparences. C’est une quête de sens et de soi très discrète et, dans sa légèreté, il y a une mélancolie perçant à travers des observations malicieuses. Alternant des courtes bandes dessinées, des illustrations, des gravures, des photographies et des micro-textes, avec Rien, José Parrondo poursuit sa voie minimaliste en multipliant les techniques et les possibilités de raconter. Elles se font écho, produisent des frottements entre elles, ponctuent et font progresser un récit qui suit son bonhomme de chemin jusqu’à toucher tout un chacun.

.

Cent ans de solitude, Gabriel Garcia Márquez

MARZENA Cent ans de solitude Marquze

Il y a les bouches noires des fusils qui jettent des regards de mort au colonel Aurelanio Buendia et il y a la mémoire du militaire qui, devant sa fin proche, s’élance comme un disque solaire… Il revoit son village, le Macondo, perdu dans des territoires oubliés de l’Amérique du Sud, l’histoire fabuleuse de sa famille traversant, comme une dynastie royale, les trois âges de la vie : naissance, vie et décadence.. Au travers de l’histoire de ce village et de ses créateurs, Gabriel Garcia Marquez nous conte, avec cette magie des mots qui donne à son livre un reflet d’éternité, les peines, les joies, les espoirs et les craintes d’une famille qui tente par tous les moyens de conjurer la malédiction qui pèse sur les siens : cent ans de solitude.

Une épopée vaste et multiple, un mythe haut en couleurs plein de rêve et de réel. Histoire, à la fois minutieuse et délirante, d’une dynastie : la fondation, par l’ancêtre, d’un village sud-américain isolé du reste du monde; les grandes heures marquées par la magie et l’alchimie; la décadence; le déluge et la mort des animaux. Ce roman proliférant, merveilleux et doré comme une enluminure, est à sa façon un Quichotte sud-américain: même sens de la parodie, même rage d’écrire, même fête cyclique des soleils et des mots.
Cent ans de solitude, qui compte parmi les chefs-d’oeuvre de la littérature mondiale du XXe siècle, a obtenu en France le prix du Meilleur Livre étranger.

.

Tulipe, Sophie Guerrive

MARZENA Tulipe Sophie Guerrive

L’Ours Tulipe, contre son arbre adossé, regarde s’agiter vainement ses compagnons : Crocus le Serpent combat son anxiété par une activité de tous les instants, l’oiseau Violette cherche un moyen d’entrer en contact avec le Soleil, son amoureux, et le Caillou désespère de n’être qu’un caillou. La vie ? Un sacré sac de petits tracas et de grandes contrariétés. Mais comme le dit si bien Crocus, avec des pauses crêpes, ça passe. Dans cette fable pleine de tendresse, les grandes questions existentielles prennent corps, poils, plumes ou écailles. Crocus l’hyperactif, Dahlia la taupe timide, Tulipe l’ours stoïcien vivent des amours impossibles, aspirent à une existence enfin comblée. Dans la lignée des Peanuts ou de Mafalda, Sophie Guerrive invente des personnages attachants, symbolisant chacun une fragilité humaine. Tulipe est le reflet de nos névroses, de nos ridicules et de nos grandeurs, dépeints par des paroles sublimes et absurdes à la Nasr Eddine Hodja, où les figures du Savant, du Poète et de l’Idiot se confondent.

.

Mafalda, Quino

MARZENA MAfalda Quino

Mafalda est une petite fille, personnage principal de l’historieta du même nom créée en 1964 par Quino. Comme son auteur, Mafalda est argentine, elle est issue de la classe moyenne. Mafalda est très populaire en Amérique latine et en Europe.

Bande dessinée à caractère plutôt politique, Mafalda se démarque toutefois par un trait d’humour extrêmement subtil, propre à Quino. De plus, la fillette est entourée de plusieurs personnages, très caricaturaux et de points de vue très opposés sur le monde en général. Parmi eux, certains sont incontournables, comme Manolito, le garçon le plus capitaliste de toute l’Argentine, ou encore Susanita, la gamine se voulant indépendante, mais totalement soumise à son futur mari et à ses futurs enfants.

.

Histoire de Machenka et de l’ours

Marzena Machenka et l'ours

 

 

 

 

 

 

.

Imperium, Ryszard Kapuscinski

MARZENA Imperium

« Ce livre n’est ni l’histoire de la Russie ni celle de l’ex-URSS ni le compte rendu de la naissance et de la chute du communisme dans cet État, encore moins un compendium sur l’Imperium. C’est la relation personnelle des voyages que j’ai effectués à travers les grandes étendues de ce pays (ou plutôt de cette partie du monde) en m’efforçant de me rendre là où le temps, mes forces et mes possibilités me le permettaient. […] »
« La Russie inaugure le XXe avec la révolution de 1905 et le clôture avec une révolution débouchant sur la désintégration de l’URSS. L’histoire de ce pays est un volcan en activité, en perpétuelle ébullition, qui n’a manifestement pas l’intention de se calmer ni de s’endormir. »

.

Ebène: aventures africaines, Ryszard Kapuscinski

MARZENA Ebènes

Du Sahara à la corne de l’Afrique, Ébène est un terrible et merveilleux voyage initiatique au gré des rencontres, des amitiés et des coups d’État à travers une vingtaine de pays d’Afrique noire.
L’auteur, Ryszard Kapuscinski, a débarqué au Ghana en 1958 comme correspondant d’une agence de presse polonaise. Il n’a cessé depuis de sillonner le continent et présente, au travers de 29 chapitres, les fragments de quatre décennies « d’aventures africaines ».
On y croise des dictateurs, des vendeurs ambulants, des prêtres et des enfants. Amin Dada, qui « symbolise l’alliance du crime et de l’absence de culture », les bayayes, cette foule oisive venue des villages, qui hante toutes les villes africaines.
Conteur fascinant, Kapuscinski nous fait ressentir la chaleur abrutissante, tenace, de ces contrées, l’angoisse d’une tempête de sable ou de la traversée d’un troupeau de buffles, la spontanéité des rapports humains. Il sait aussi expliquer, sans clichés ni raccourcis, l’anatomie d’un coup d’État, l’histoire du génocide rwandais ou encore les guerres d’enfants, l’enfer du Liberia et ses seigneurs de la guerre ou celui des bidonvilles de Dakar et d’ailleurs.
Un voyage au cœur des mystères de l’Afrique, au cœur des ténèbres de ce continent au destin tragique. Maya Kandel

.

Pilules bleues, Frederik Peeters

MARZENA Pilules bleues

Peeters nous parle de sa rencontre et de son histoire avec son amie, de ce maudit virus qui va bouleverser la donne; et de toutes les émotions les plus contradictoires qu’il va devoir apprendre à gérer: Compassion, pitié ou amour pur et inaltérable? Malgré la gravité du thème, « Pilules Bleues » se présente comme une oeuvre remplie de fraîcheur et d’humour qui ne devrait laisser personne de marbre.

.

.

.

.

Autobiographie de ma mère, Jamaica Kinkaid

MARZENA Autobiographie de ma mère

« Ma mère est morte au moment où je suis née, aussi toute ma vie n’y a-t-il jamais rien eu entre moi et L’éternité ; dans mon dos soufflait toujours un vent lugubre et noir. Je ne pouvais pas savoir, au début, que ce serait comme ça. » Puissant, troublant et sensuel, Autobiographie de ma mère est le roman d’une femme qui cherche à saisir l’essence même de la vie. Fille d’une mère caraïbe et d’un père métis pour lequel elle n’éprouve que peur, Xuela Claudette Richardson se replie dans une solitude hautaine, dans une frigidité implacable et superbe, hantée par l’impossible amour qu’elle éprouve pour sa mère disparue. Par son écriture limpide et incisive, Jamaica Kincaid, originaire des Petites Antilles, prête à ce destin désespéré, sans autre certitude que celle de la mort qui rôde dans « l’espace noir du monde » , sa voix de femme forte et singulière, dont la portée rejoint aux Etats-Unis celle de Toni Morrison.

.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s