Semaine « petits éditeurs » – La Fracture de Nina Allan chez Tristram

LOGO Tristram La fracture Nina Allan

Tristram est une maison d’édition qui a vu le jour en 1989 et qui, depuis, nous a permis de lire des auteurs aussi marquants que J.G. Ballard, William T. Vollmann ou encore Ezra Pound. Mais c’est surtout pour leurs traductions de Nina Allan que je leur serai éternellement reconnaissante. Nous allons parler de son dernier roman traduit, « La Fracture » (en espérant que son dernier roman en anglais, « The Dollmaker », arrivera bientôt en français parce que c’est une pure merveille et sûrement ce qu’elle a écrit de plus beau) .

 

De quoi ça parle?

Le 16 juillet 1994 dans la région de Manchester, Julie Rouane, dix-sept ans, prétexte un rendez-vous avec une copine pour s’absenter du domicile familial… et disparaît pendant plus de vingt ans.

Longtemps après l’abandon de l’enquête par la police, faute d’indices concrets — Raymond Rouane, persuadé que sa fille est toujours vivante, continue à explorer seul toutes les pistes possibles. En vain. La mère de Julie et sa sœur cadette, Selena, tentent elles aussi de faire front, chacune à leur manière.

Puis un soir, Julie refait surface à l’improviste. Alors qu’on avait soupçonné que l’adolescente ait pu être enlevée et assassinée — un homme de la région ayant avoué plusieurs meurtres de femmes —, l’histoire que Julie raconte à Selena est tout à fait différente. Mais est-il possible de la croire ?

 

Pourquoi ce livre?

Lire Nina Allan pour la première fois est assez déroutant. Cette autrice aime nous raconter plein de petites histoires rattachées parfois par de très minces filaments et qui ne donnent pas forcément toutes les clés pour les interpréter. Nina Allan nous confie un récit en nous laissant le loisir de choisir comment l’interpréter. Ça peut faire peur de prime abord mais c’est incroyablement grisant une fois qu’on se libère de ce besoin que l’auteur nous dise clairement et explicitement de quoi il retourne. Parce qu’avec Nina Allan, le lecteur est un peu plus que d’habitude l’auteur secondaire du récit qu’il découvre.

Ici, nous rencontrerons deux sœurs, dont l’une disparaîtra mystérieusement pour réapparaître des années après. Que lui est-il arrivé? Comment se sont construits ceux qui sont restés pendant son absence? Et, surtout, qui croire dans les témoignages divers, y compris de l’absente? Tout cela et plus encore dans ce récit élégant, étonnant et surtout intelligent. Laissez-vous embarquer dans ce voyage improbable qui frôle la science-fiction à plusieurs reprises, mais ce sera à vous de dire si c’en est ou pas…

 

On en parle aussi chez Lune, chez Tigger Lilly, chez Yogo et chez Eva.

Une réflexion sur “Semaine « petits éditeurs » – La Fracture de Nina Allan chez Tristram

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s