Lisez-vous le belge – la poésie: 2. Disparue de Catherine Barsics

« Disparue » de Catherine Barsics chez l’Arbre à paroles dans la collection iF

De quoi ça parle?

Quelqu’un a une carte

et sait nous répartir ;

quelqu’un a une carte

et veut nous réparer

Quelqu’un de la télé

s’est préparé au pire

cherchez des traces de lutte

S’est-elle débattue ?

voulait-elle se défendre ?

nous voudrions comprendre.

Quelqu’un de la télé

vient voir comment le vent

nous écorche les joues.

En mars 1998, Suzanne Gloria Lyall, 19 ans, disparaît dans l’état de New York. Je prends connaissance de cette disparition au travers du travail photographique de Virginie Rebetez, publié chez MetaBooks. Ces images me marquent durablement. Je recueille des informations autour de ce fait divers, et j’écris. Je me passionne pour les forums internet consacrés au True crime, pour les nombreux podcasts américains qui traitent de disparitions et d’affaires irrésolues. Ils enrichissent l’aspect documentaire de Disparue. Le fait divers mérite qu’on lui accorde une attention particulière, en tant que témoignage d’un lieu, d’une époque, en tant qu’interrogation sur l’individu et l’identité. Travailler cette matière de façon poétique permet de transmettre, par la structure et la musique du texte, la recherche d’identité perdue, les tâtonnements de l’enquête, la tentative d’approcher au plus juste la vie et les derniers instants connus de la disparue, et enfin de faire percevoir le vide envahissant de l’absence de Suzanne. L’enquête poétique offre au lecteur de trouver son propre chemin parmi les bribes de souvenirs et indices, de fabriquer sa propre idée du destin de Suzanne. Le recueil interroge aussi, de manière plus générale, notre rapport à l’enfance et à l’adolescence.

Pourquoi ce livre?

« Disparue » est une expérience poétique étrange qui m’a beaucoup fait penser à Maggie Nelson. Nous sommes entre nostalgie et « true crime » dans une histoire de disparition qui se construit autour de l’expression du mystère de l’absence et du manque. Intrigant…

Mais qu’est-ce qui est belge dans tout ça?

Là encore, nous avons affaire à une poétesse belge résidant à Liège. Décidément, il y a quelque chose qui inspire de ce côté-là de la Belgique!

Une réflexion sur “Lisez-vous le belge – la poésie: 2. Disparue de Catherine Barsics

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s