Bibliothécaire d’un soir #4: les choix de Léonie Bischoff

Pour notre quatrième édition de « Bibliothécaire d’un soir » , vendredi 31 août dernier, c’est Léonie Bischoff, autrice/dessinatrice de BD énergique et fascinante qui nous rejoignait pour nous parler des livres ayant marqué sa vie de lectrice. Voici les titres qu’elle nous a présentés.

.

Pour ceux qui ont manqué cette rencontre et/ou pour ceux qui souhaitent la prolonger, voici la liste des choix de notre bibliothécaire d’un soir ainsi que l’enregistrement qui a été fait de ses explications. A noter qu’en plus de pouvoir retrouver le podcast sur la page d’Audioville (Soundcloud), notre partenaire, vous pourrez maintenant aussi écouter la rencontre sur Youtube (juste le son, nous ne faisons pas d’enregistrement vidéo):

.

1. « Journal de l’amour », Anaïs Nin

Ce journal de l’Amour ne fut pas simplement pour Anaïs Nin (1903-1977) le confident de ses aventures et le témoin de ses rencontres. Elle en fit aussi le complice des « mensonges héroïques » (l’expression est d’elle) destinés à ceux qu’ une vérité sans fard eût blessés. C’est pourquoi sans doute il fallut attendre si longtemps la publication de la « version non expurgée « . La période couverte ici est celle des années 1932-1939, la plus riche et la plus intense de son existence.
On y trouvera, en grand nombre, les portraits pris sur le vif des artistes et des écrivains célèbres qu’elle croisa, notamment dans ses années parisiennes, de James Joyce à Marcel Duchamp , de Brassai à Antonin Artaud, mais on y découvrira également un modèle inégalé d' » auto fiction  » mêlant avec un art souverain aveux et phantasmes. C’est cette étonnante composition qui fait d’Anaïs Nin l’une des figures les plus singulières de la littérature américaine contemporaine.

.

2. « Journal de la création », Nancy Huston

Pendant des millénaires, tout paraissait simple : aux hommes la création, aux femmes la procréation ; aux hommes l’esprit et aux femmes le corps. L’émancipation féminine a bousculé cette distribution des rôles et mis à mal des métaphores séculaires : la muse féminine, l’œuvre d’art comme amante ou comme “enfant” de l’artiste…
Mais trouver un nouveau modus vivendi n’est pas facile pour autant. Mettant à profit une certaine et curieuse forme de clairvoyance liée, dans son esprit, aux métamorphoses de son corps de femme enceinte, Nancy Huston s’est penchée sur les histoires souvent douloureuses de Sand et Musset, Virginia et Leonard Woolf, Scott et Zelda Fitzgerald, Sartre et Beauvoir… Le récit de ses recherches sur les couples d’écrivains et le journal de sa propre grossesse se croisent, se répondent et se complètent pour évoquer les mystères de l’amour, de l’inspiration, du couple et de la création.

.

3. « Sauvage ou La sagesse des pierres », Thomas Gilbert

Sauvage ! Mousse et humus, ronces et rocs, pluie et vent, soleil brûlant sur peau tannée, se nourrir de rien, marcher, nue, à s’en couper les pieds, mordre la chair vivante, boire l’eau croupie, devenir celle qui vit enfin… Et retrouver la sagesse des pierres.

 

 

 

 

.

.

4. « Comme un frisson », Aniss El Hamouri

Renata est une jeune fille mal dans sa peau. Depuis quelques temps, elle ressent d’étranges frissons qui se révèlent être une sorte de pouvoir : elle pressent les menaces. Malgré ce don, elle n’a pas pu prévenir le vol de son ordinateur. Au hasard d’une soirée, elle retrouve les voleurs mais les deux compères ne lui rendent pas de suite son précieux bien : commence alors un jeu vicieux de chantage et de mise en confiance, une aventure entre marginaux qui, chacun à leur manière, cherchent leur place.

 

.

comme un frisson détail

.

5. « Big Kids », Michael DeForge

.

Big kids détails

.

Ces livres, ainsi que ce de l’autrice, sont disponibles au prêt.

.

.

Le prochain bibliothécaire d’un soir sera Emmanuel Reignez, qui viendra nous parler des livres qui l’ont marqué vendredi 26 octobre à 19h.

Publicités

Bibliothécaire d’un soir #3: les choix de Jean-Marc Ceci

.

Bibliothécaire d'un soir - Jean-marc Ceci

.

Pour notre troisième édition de « Bibliothécaire d’un soir« , vendredi 29 juin dernier, c’est Jean-Marc Ceci, auteur du doux, calme et envoutant « Mr Origami » qui nous rejoignait pour nous parler des livres ayant marqué sa vie de lecteur. Voici les titres qu’il nous a présentés.

G01341_Monsieur_Origami_47L.indd

.

Pour ceux qui ont manqué cette rencontre et/ou pour ceux qui souhaitent la prolonger, voici la liste des choix de notre bibliothécaire d’un soir ainsi que l’enregistrement qui a été fait de ses explications. A noter qu’en plus de pouvoir retrouver le podcast sur la page d’Audioville (Soundcloud), notre partenaire, vous pourrez maintenant aussi écouter la rencontre sur Youtube (juste le son, nous ne faisons pas d’enregistrement vidéo):

.

1. « Citadelle », Antoine de Saint-Exupéry

Citadelle

Un seigneur berbère, évoque les leçons que lui donna son père pour faire de lui un homme et un roi – c’est sur cette trame que Saint-Exupéry brode dès 1936 ce qu’il appelle d’abord son « poème » et qui est devenu Citadelle, somme de réflexions sur la condition humaine et résumé de ses croyances.
Sous l’affabulation d’une éducation de prince du désert, il approfondit les thèmes abordés ici et là dans ses romans ou ses carnets.
Ses préoccupations d’humaniste pour qui le bonheur n’est jamais une fin en soi, ni la grandeur une action sans idéal, se traduisent en pages amples et sereines animées d’un souffle lyrique.
On retrouve dans cette œuvre dense, interrompue par une mort glorieuse, tout ce qui vaut à Saint-Exupéry sa place privilégiée dans les lettres modernes, l’écrivain sobre et vigoureux de Pilote de guerre ou de Vol de nuit, comme le moraliste poète qui a imaginé ce délicat chef d’œuvre qu’est Le Petit Prince.

.

2. « La Conjuration des Imbéciles », John Kennedy Toole

la conjuration des imbéciles

À trente ans passés, Ignatius vit encore cloîtré chez sa mère, à La Nouvelle-Orléans. Harassée par ses frasques, celle-ci le somme de trouver du travail. C’est sans compter avec sa silhouette éléphantesque et son arrogance bizarre…
Chef d’œuvre de la littérature américaine, La conjuration des imbéciles offre le génial portrait d’un Don Quichotte yankee inclassable et culte.

« On ne peut pas lire ce livre, l’un des plus drôles de l’histoire littéraire américaine, sans pleurer intérieurement tous ceux que Toole n’a pas écrits.« 

Raphaëlle Leyris – Les Inrockuptibles

.

3. « Don Quichotte », Cervantès

Don Quichotte

Parce qu’il a lu trop de romans de chevalerie, don Quichotte a perdu la raison : il est persuadé que le monde est peuplé de chevaliers errants et d’enchanteurs maléfiques. Comme dans ses livres préférés, il veut rendre la justice et combattre pour l’honneur de sa dame. Accompagné de Sancho Panza, son fidèle écuyer, il part sur les routes d’Espagne. Et voici notre héros qui affronte des moulins à vent, qui prend des auberges pour des châteaux et des paysannes pour de belles princesses ! Avec son roman, Cervantès a réussi à faire d’un vieux fou à l’imagination débordante et de son valet plein de bon sens un couple mythique ; de leurs aventures rocambolesques, il a su tirer une œuvre d’une prodigieuse modernité, qui continue d’amuser et de ravir le lecteur, quatre siècles après.

.

4. « Pays de neige », Yasunari Kawabata

Pays de neige

À trois reprises, Shimamura se retire dans une petite station thermale, au coeur des montagnes, pour y vivre un amour fou en même temps qu’une purification. Chaque image a un sens, l’empire des signes se révèle à la fois net et suggéré. Le spectacle des bois d’érable à l’approche de l’automne désigne à l’homme sa propre fragilité.

« Le rideau des montagnes, à l’arrière-plan, déployait déjà les riches teintes de l’automne sous le soleil couchant, ses rousseurs et ses rouilles, devant lesquelles, pour Shimamura, cette unique touche d’un vert timide, paradoxalement, prenait la teinte même de la mort.« 

.

5. « Océan mer », Alessandro Baricco

Océan merIl y a bien longtemps de cela, au milieu d’un océan, une frégate de la marine française fit naufrage. Cent quarante-sept hommes tentèrent d’en réchapper en prenant place sur un radeau. Une horreur qui se prolongea des jours et des jours, durant lesquels se donnèrent à Voir la férocité extrême et la pitié la plus douce.

Il y a bien longtemps de cela, sur le bord de l’océan, arriva un homme. Ce qui l’avait amené là était une promesse. La pension dans laquelle il s’arrêtas’appelait Almayer. Sept chambres. D’étranges enfants, un peintre, une femme très belle, un professeur avec un drôle de nom, un homme mystérieux, une jeune fille qui ne voulait pas mourir, un prêtre amusant. Tous là, à chercher quelque chose, en équilibre sur l’océan.

Il y a bien longtemps de cela, ces destins et d’autres rencontrèrent la mer et en revinrent marqués. Ce livre les raconte,parce que en les écoutant, on entend la Voix de la mer. Il peut se lire comme un récit à suspense, un poème en prose, un conte philosophique ou un roman d’aventures. Ce qui domine en tout cas,c’est la jubilation de raconter des histoires, à travers une écriture et une technique romanesque sans modèles ni antécédents.

.

Choix de Jean-marc Ceci pour bibliothécaire d'un soir

.

Ces livres, ainsi que « Monsieur Origami », sont disponibles au prêt.

.

La prochaine bibliothécaire d’un soir sera Léonie Bischoff, qui viendra nous parler des livres qui l’ont marqué vendredi 31 août à 19h.

Bibliothécaire d’un soir #1: les choix de Jean-Philippe Querton

.

Bibliothécaire d'un soir #1 Jean-Philippe Querton 01

Pour notre première édition de « Bibliothécaire d’un soir« , vendredi 23 février dernier, nous recevions Jean-Philippe Querton, auteur, éditeur (Cactus inébranlable éditions) et co-fondateur de « Même pas peur », qui avait sélectionné pour nous cinq livres l’ayant marqué et influencé.

.

Bibliothécaire d'un soir #1 Jean-Philippe Querton 02

Voici pour ceux qui ont manqué cette rencontre et/ou pour ceux qui souhaitent la prolonger la liste des choix de notre premier bibliothécaire d’un soir ainsi que l’enregistrement qui a été fait de ses explications:

.

1. « Les Thibault », Roger Martin du Gard

Cette sLes thibault Roger Martin du Gard carréuite romanesque de huit tomes répartis en trois livres chez Folio nous parle de deux familles bourgeoises qui traverseront la Grande Guerre – guerre attendue par certains, chose qui étonnera sûrement le lecteur actuel. Mais il ne s’agit pas seulement de nous faire vivre l’Histoire, Roger Martin du Guard, auteur nobelisé et lecteur de Freud, s’est aussi intéressé ici aux rapports entre les membres de cette famille et nous offre une belle réflexion à leur sujet.

.

2. « Mes Inscriptions », Louis Scutenaire

Mes inscriptions Louis Scutenaire carréLouis Scutenaire, écrivain et poète surréaliste belge, notait absolument tout, de ses observations à ses poèmes en passant par les détails du quotidien. Et ne jetait rien. Ce qui a donné « Mes inscriptions », différents livres rassemblant ses écrits hétéroclites. Certaines de ses réflexions constituent de superbes aphorismes qui ravissent forcément l’éditeur de la collection « Les P »tits cactus » (Cactus Inébranlable éditions).

.

3. « Incandescences », Marcel Moreau

Incandescences Marcel Moreau carréMarcel Moreau est un auteur belge né à Boussu qui est parti vivre en France en 1968. Ses « Incandescences » sont bouleversantes, remplies d’émotions, de sensibilité et de violence. Elles doivent être savourées lentement car elles sont d’une grande profondeur et demandent un temps de réflexion.

.

4. « La vie mode d’emploi », Georges Perec

La vie mode d'emploi Georges Perec carréGeorges Perec, écrivain français qu’on ne présente plus, aime les contraintes et s’en impose des plus étonnantes et jouissives dans « La vie mode d’emploi », roman-monstre de 600 pages écrit sur plus de dix ans. Est sortie de ce travail minutieux l’histoire passionnante d’un immeuble et de ses habitants. Celle-ci constitue une véritable performance au-delà du récit déjà délectable en soi.

.

5. « La serpe », Philippe Jaenada

La Serpe Philippe Jaenada carréRoman sorti 2017, « La serpe » raconte l’enquête que Philippe Jaenada a menée sur le triple homicide dont fut accusé Henri Girard, qui deviendra Georges Arnaud l’écrivain, auteur notamment du célèbre « Le Salaire de la peur ». Jaenada nous raconte toutes les étapes de cette enquête en les agrémentant de nombreuses digressions sur sa vie au moment de ses recherches tranchant avec la gravité des faits étudiés.

.

Bibliothécaire d'un soir #1 Jean-Philippe Querton 03

Ces livres, ainsi que ceux écrits et/ou publiés par Jean-Philippe Querton, sont disponibles au prêt.

.

Le prochain bibliothécaire d’un soir sera Michel Dufranne, qui viendra nous parler des livres qui l’ont marqué vendredi 27 avril à 19h.