Les coups de cœur du club de lecture n°41 – juin 2017

2017 06 coups de coeur 41

« Pyongyang », Guy Delisle : BD incroyablement instructive en mode reportage sur la société figée qu’est la Corée du Nord. (Claudine)

« La jungle du cinéma », Louis Delluc : diverses anecdotes humoristiques dans des nouvelles autour du cinéma. (Yolande)

 « Mémé dans les orties », Aurélie Valognes : histoire touchante et amusante d’une amitié intergénérationnelle.  (Claudine)

« Dans chacun de mes mots », Tamara Ireland Stone : récit d’une fille remplie de complexes qui découvre la poésie et l’amour. (Yolande)

« Les passants de Lisbonne », Philippe Besson : rencontre de deux solitudes pleine de finesse. (Claudine)

« Les rêves de mon père », Barack Obama : autobiographie prenante sur le père d’Obama. (Yolande)

« L’âme du monde », Frédéric Lenoir : petite histoire très philosophique. (Raphaël)

« Les sentiments du Prince Charles », Liv Strömquist : vision audacieuse et marquante du couple et de l’amour à travers l’histoire. (Sophie)

« L’art presque perdu de ne rien faire », Dany Laferrière : livre qui invite à la tranquillité et qui aide à profiter de la vie. (Yolande)

« Poulet grillé », Sophie Hénaff : histoire policière très drôle. (Yolande)

« L’origine du monde », Liv Strömquist : BD expliquant les injustices subies par les femmes en se concentrant sur la question de leur sexe (d’où le titre). (Sophie)

« Amougies », Guy Spillebeen : très bon documentaire sur Amougies. (Yolande)

 

Date du prochain club de lecture : vendredi 4 août  2017

Les coups de cœur du club de lecture n°40 – mai 2017

2017 05 coups coeur 40

« Misericorde », Jussi Adler Olsen : thriller haletant et horrifiant. (Raphaël)

 « Piège charnel », Willy Grimmonprez : enquête policière menée avec méthode et précision. Ce livre est impossible à lâcher ! (Claudine)

« Watership Down », Richard Adams : métaphore animale politique fascinante. (Yolande)

« Numéro 11 », Jonathan Coe : histoire accrocheuse autour d’une maison intrigante. (Raphaël)

« Ma meilleure amie s’est fait embrigader », Dounia Bouzar : récit réel d’un embrigadement du point de vue de la meilleure amie de la personne embrigadée. (Evelyne)

« Toutes les grandes questions sans réponse », Douglas Kennedy : entre récit et confession, un livre qui ne laisse pas indifférent, une vraie leçon de vie de la part de l’auteur. (Nicole)

« Chiisakobé », Minetaro Mochizuki : quadrilogie d’une grande sensibilité et aux dessins magnifiques. (Claudine)

« Colette Nyz-Mazure ou l’attention vive », Anne Prouteau : Hommage délicat accompagné de poèmes inédits. (Yolande)

 « Avant de t’oublier », Rowan Coleman : très beau mais très triste roman sur l’horreur de la maladie. (Nicole)

« Désorientale », Négar Djavadi : Saga familiale de l’Iran à la France d’une écriture sublime. (Claudine)

 « Dieu n’habite pas La Havane », Yasmina Khadra : Livre musical facile à lire et agréable. (Evelyne)

« Carnet de route », Marie Lopez : touchant récit d’amitiés inattendues. (Yolande)

« Riquet à la Houppe », Amélie Nothomb : beau roman finement rédigé. (Yolande)

« Comment être double », Ali Smith : portrait de deux personnages vivant à des époques différentes mais dont les vies vont se croiser. (Yolande)

« Les deux vies de Baudouin », Fabien Toulmé : surprenante BD plus fine qu’il n’y paraît. (Sophie)

« Lettre à celle qui lit mes romans et qui devrait arrêter tout de suite », Camille Laurens : interpellant regard d’une auteur de romances érotiques sur le milieu éditorial de cette littérature dite féminine et qui s’avère effroyablement misogyne. (Sophie)

Date du prochain club de lecture : samedi 3 juin 2017

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2017 des bibliothécaires : Autres suggestions

Les livres dont nous vous avons parlé cette semaines ne sont pas les seuls coups de cœur arc-en-ciel que nous avons eu cette année. Nous voulions laisser une petite place aussi aux autres histoires LGBTQ+ qui nous ont fait vibrer depuis mai dernier:

lgbt 8 heureux

 « Heu-reux ! », Christian Voltz  – Rouergue (album)

Le roi Grobull, taureau-tyran, veut marier le prince Jean-George. Il est décidé à trouver une belle vache pour celui-ci. Mais avant tout, il veut que son fils puisse faire un mariage d’amour. Parce que, c’est décidé, il sera heu-reux !

Les albums de Christian Volts sont toujours merveilleux et merveilleusement drôles. Celui-ci ne fait pas exception à la règle.

LGBT 8 George

« George », Alex Gino – L’Ecole des loisirs

George est un garçon tranquille et sans histoire. Si ce n’est qu’il le sait, il est une fille en fait. Il n’a pas encore osé en parler aux gens autour de lui. Mais quand son institutrice propose de monter une pièce, il sait qu’il faut qu’il interprète le premier rôle féminin.

Ce court roman est simple, touchant et tellement facile à aimer que ce serait dommage de passer à côté.

LGBT 8 Grayson

« Le secret de Grayson »,  Amy Polonsky – Albin Michel jeunesse

Grayson se rêve princesse mais est enfermé dans un corps de garçon. Alors elle cache ce corps qu’elle n’aime pas dans des vêtements amples et essaie de ne pas se faire remarquer. Mais un jour, elle trouve le courage d’auditionner pour la pièce de théâtre de l’école. Pour le rôle d’une fille.

Partant du même point de départ que « George », « Le secret de Grayson » est un peu plus sombre. Son personnage est orphelin et vit chez un oncle et une tante qui l’aiment mais ne comprennent pas sa vraie nature. Il devra réussir à trouver sa place et à s’affirmer pour pouvoir vivre en accord avec ce qu’il est.

LGBT 8 Lumberjanes

« Lumberjanes », Noelle Stevenson, Grace Ellis, Shanon Watters & Brooke A Allen – Urban Kids (BD)

Cinq filles intrépides, un camp de vacances, quelques phénomènes surnaturels et le tour est joué, vous vous retrouvez avec une BD nerveuse, magique et drôle, si drôle.

lgbt 8 Normale

« Normal(e) », Lisa Williamson – Hachette

David est né garçon mais il est une fille. Seuls ses amis proches sont au courant. Il vit avec le poids de ce secret. Quand un nouveau garçon à la réputation effrayante arrive à l’école, il se sent étrangement attiré par lui. Peut-être parce que ce dernier semble aussi cacher un lourd secret…

Alternant les points de vue entre les personnages, ce roman un peu plus sombre traite de différents problèmes avec justesse et nous fait découvrir des adolescents différents et attachants.

LGBT 8 Carry On

« Carry On », Rainbow Rowell – PKJ

Simon Snow est un magicien orphelin qui n’arrive pas à contrôler ses pouvoirs. A Watfort, l’école de magie qu’il fréquente, il doit partager une chambre avec son pire ennemi, Baz Pitch, qu’il soupçonne d’être un vampire. Ce qu’il ne sait pas, c’est que si Baz est aussi désagréable avec lui, c’est parce qu’il est en fait amoureux de lui et a peur que ça se sache…

Simon Snow a été inventé par Rainbow Rowell pour être le double de Harry Potter dans son (génialissime) roman « Fangirl » et elle a tellement aimé ce personnage qu’elle lui a consacré un livre. Il n’est donc pas erroné de dire que « Carrry On », c’est un « Harry Potter » gay.

LGBT 8 arc-en-ciel

« Le jardin arc-en-ciel », Ito Ogawa – Picquier

Izumi, jeune mère célibataire, croise le regard de la lycéenne Chiyoko et tombe amoureuse d’elle. Elle l’empêche de se suicider et les deux femmes ne se quittent plus. Petit à petit, elles se reconstruisent une famille et partent vivre dans une ancienne école qu’elles retapent et qui deviendra une maison d’hôtes atypique.

L’auteur du « Restaurant de l’amour retrouvé » nous livre ici une autre histoire simple, douce et pleine d’espoir. Mais comportant aussi son lot de drames et de larmes.

LGBT 8 Luisa

« Luisa ici et là », Carole Maurel – La Boîte à Bulles (BD)

Trentenaire solitaire, Luisa rêve du grand amour. Un jour, sa voisine sonne à sa porte et la met face à une ado qui n’est autre qu’elle-même à 15 ans. Cette étrange rencontre va la faire réfléchir à sa vie et à son innocence perdue…

BD toute en nostalgie mais aussi pleine d’espoir, « Luisa ici et là » se mange sans faim et fait du bien. Vraiment.

lgbt 8 infinite loop

« The Infinite Loop », Pierrick Colinet & Elsa Charretier – Glénat (BD)

Teddy est une voyageuse temporelle. Elle a pour but de répertorier et de contrôler les anomalies nées des nombreuses exploration de l’espace-temps que ses contemporains effectuent. Un jour, une de ces anomalies prend forme humaine. Et Teddy en tombe instantanément amoureuse. Elle décide de protéger celle qu’elle est censée éliminer…

Véritable histoire de SF vertigineuse, « The Infinite Loop » est un projet ambitieux qui ose aller au bout de ses possibilités scénaristiques et visuelles.

Isabel Greenberg 02

« Les Cent Nuits de Hero », Isabel Greenberg – Casterman (BD)

On en parle ici.

LGBT 8 mari frère

« Le mari de mon frère », Gengoroh Togame – Akata (manga)

On en parle ici.

journée lutte contre homophobie

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2017 des bibliothécaires : Nimona, Noelle Stevenson

Nimona

Tout commence sur le ton de la plaisanterie. Nous sommes dans un univers à la fois médiéval et futuriste. Une (très) jeune fille, Nimona, frappe à la porte du célèbre Super Vilain Ballister Blackheart pour lui proposer d’être son assistante. L’homme lui rit au nez jusqu’à ce qu’elle lui montre de quoi elle est capable. Et c’est qu’elle en a des pouvoirs, Nimona. Elle force sa place auprès de Blackheart et se montre plus fougueuse et vindicative que le « méchant » qui, au fil des pages, se révèle être beaucoup moins Super Vilain qu’on aurait pu le penser. Et là où une comédie assez manichéenne semblait s’esquisser, c’est un drame fantastico-politique de plus en plus sombre qui commence à se construire discrètement sous nos yeux.

Nimona est mon plus gros coup de cœur BD de 2016. Noelle Stevenson a réussi un mélange de genres admirable. Elle nous offre un personnage principal fort qui va au-delà de la caricature féminine des récits de fantasy. Nimona est hargneuse, pleine de failles et porteuse d’un passé lourd qui aura une influence importante sur le récit. Elle est attachante et effrayante à la fois et ça fait du bien de voir une histoire tourner autour d’une héroïne douteuse mais qui n’a pas été écrite pour être « méchante » ou détestable pour autant et, surtout, qui s’enrichit au fil des pages tout en n’effaçant pas pour autant des personnages secondaires eux aussi plein de surprises. On ferme ce one shot triste de devoir quitter Nimona, Lord Blackheart et Sire Goldenloin mais heureux d’avoir vécu de telles montagnes russes émotionnelles et scénaristiques.

Noelle Stevenson est une auteur  à suivre, Nimona est son premier roman graphique en solo (elle a collaboré au délicieux Lumberjanes dont nous reparlerons brièvement cet après-midi) et elle a déjà reçu pléthore de prix impressionnants, dont le prix Eisner du meilleur recueil pour Nimona.

On en parle aussi sur 9ème art, Comixtrip, La Mouche qui Louche et L’imaginarium électrique (Youtube).

journée lutte contre homophobie

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2017 des bibliothécaires : Opération pantalon, Cat Clarke

Opération pantalon

Quittons les sujets plus lourds que nous avons abordés jusqu’à présent cette semaine pour aller vers un livre beaucoup plus léger, même si toujours sérieux. Liv est né fille mais sait depuis toujours qu’il est un garçon. Cela ne lui a pas posé problème dans son école primaire, il pouvait s’habiller comme il le souhaitait. Mais ses mères l’ont inscrit dans une école secondaire où l’uniforme est obligatoire. Pantalons pour les garçons… et jupes pour les filles. Le problème, c’est qu’il n’y a que Liv à savoir qu’il est un garçon. Le voilà forcé à porter une jupe. Vous imaginez ? Il ne peut pas laisser faire. C’est pourquoi Liv décide de se révolter (intelligemment et pacifiquement). C’est ainsi que naît l’opération pantalon !

Voilà un roman pour jeunes adolescents plein de fougue et d’entrain. C’est frais, c’est drôle, c’est plein d’optimisme et ça donne envie de changer les choses. Que demander de plus ?

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2017 des bibliothécaires : Écumes, Ingrid Chabbert et Carole Maurel

Ecumes Ingrid Chabbert et Carole Maurel

Les problèmes de fertilité semblent être un des étranges tabous de notre époque. Les femmes qui n’arrivent pas à tomber enceinte ou à garder l’enfant dont elles rêvent assez longtemps pour lui donner naissance sont de plus en plus nombreuses et, pourtant, ce problème est (très) rarement évoqué. Ingrid Chabbert ose aborder le sujet dans une BD très personnelle racontant la lutte de l’héroïne pour tomber enceinte, aidée et soutenue à tout instant par sa merveilleuse compagne. Il y a les tentatives ratées, les départs pour l’hôpital avec le sang qui coule et efface l’espoir, les nouveaux rêves qui se forment, sur la pointe des pieds, parce qu’on n’ose plus trop y croire et qu’on voudrait pouvoir le faire plus que tout en même temps. Il y a la vie, la mort, la douleur, la lutte, la dépression, le courage et l’amour. Il y a beaucoup de tendresse autour de toute la tristesse. Il y a le récit pudique mais précis et les dessins tendres, doux, qui disent sans forcément nous jeter l’horreur sous les yeux.

Conseiller Écumes est dès lors difficile et facile à la fois. Il ne parlera pas à tout le monde, de par son sujet spécifique, mais il pourra aider de nombreux lecteurs soit à comprendre le problème, soit à réaliser qu’ils ne sont pas seuls à traverser ce genre d’épreuve. Et c’est important.

Pour creuser, un avis sur cette BD sur Au milieu des livres.

journée lutte contre homophobie

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2017 des bibliothécaires : Le monde est derrière toi, Marian de Smet

le monde est derrière toi Marian de Smet Actes Sud Junior

Les histoires de road trips ont quelque chose de fascinant pour le lecteur et de libérateur pour les personnages. Sillonner les routes, avec ou sans but, perdu dans ses pensées et avec un paysage dont on découvre ou redécouvre la beauté, ça a quelque chose de magique, comme une parenthèse hors du temps. Ce type de récit offre des moments de paix dans une histoire souvent mouvementée. Dans « Le monde est derrière toi », Eppo, adolescent bientôt adulte, est parti de chez lui pour oublier, pour sortir d’un passé qui viendra pourtant le hanter régulièrement au fil des pages mais dont il refuse de parler avec Tabby, jeune fille qui le prend en stop et qui commence à parler inlassablement, peut-être pour combler le silence d’Eppo. Une amitié improbable va naître entre ces deux « fugueurs » qui décident de se rendre en France, dans le Sud si possible, avec juste une voiture et quelques euros qui partiront vite. Ils espèrent tous deux prendre un nouveau départ mais peut-on réellement fuir ses problèmes ?

Dans ce roman, Marian de Smet mélange adroitement et intelligemment présent et flashbacks pour construire un récit montant en intensité au fil des pages. Le lecteur ne peut plus quitter ces personnages auquel il s’est attaché rapidement mais dont il découvre de nouvelles facettes au fil des révélations. Il ne faut pas trop en dire pour ne rien gâcher alors je voudrais juste vous demander de me faire confiance et de vous laisser prendre par cette histoire touchante qui risque de vous bouleverser durablement. J’ai encore le cœur qui se serre rien qu’en y pensant. Attention, il faut savoir que vous n’aurez pas droit ici au traditionnel et archi-rebattu « ils fuient ensemble, tombent amoureux et tout rentre dans l’ordre/ils se la jouent Thelma et Louise ». Loin de là. Le but n’est pas de raconter une romance mais de nous faire découvrir le pourquoi du besoin d’échapper au monde que ces adolescents laissent derrière eux. Et si cette histoire est pleine d’espoir, elle est aussi également incroyablement triste.

Pour creuser, des avis sur ce livres sur takalirsa, adonews, keskonlit et melimelodelivres.

journée lutte contre homophobie