Coups de cœur « arc-en-ciel » 2020 des bibliothécaires : « Heartstopper », Alice Oseman

heartstopper

De quoi ça parle?

Ceci est l’histoire de deux lycéens.
Nick, le rugbyman au sourire solaire.
Charlie, le musicien au cœur solitaire.

Parce qu’ils évoluent dans des cercles différents,
parce qu’ils n’ont pas le même caractère,
leur amitié n’était pas gagnée.

Pourtant, petit à petit, de façon irrésistible, Charlie tombe amoureux. Même s’il sait que Nick aime les filles. Même s’il sait qu’il n’a aucune chance. Alors, pour ne pas mettre en péril cette amitié naissante qui compte pour lui plus que tout, Charlie préfère garder le silence…

.

Pourquoi on aime?

Alice Oseman s’est fait connaître par ses romans (comme « Radio Silence » dont nous vous parlions dans une précédente édition des coups de cœur arc-en-ciel). « Heartstopper » (qui est, elle, une BD) est un spin-off de l’un de ces romans, « Solitaire ». Cette BD reprend l’histoire de deux personnages secondaires de « Solitaire », Charlie, le frère de la protagoniste principale, et Nick, qui est dans la même école que lui. On suivra ici le récit de leur rencontre. Avec ceci de spécial que toute difficile que soit l’histoire de Charlie, la difficulté ne se situe jamais dans sa relation avec Nick.

En effet, leur histoire est douce, lente, tendre et tellement réconfortante. Entrer dans « Heartstopper », c’est comme de prendre un pot de glace pour regarder un film qu’on connaît par cœur blotti dans un fauteuil confortable avec un chat qui ronronne à nos pieds. Ça fait un bien fou, c’est prenant, bien mené et toujours, toujours, toujours doux et gentil dans tout ce que ce terme peut avoir de positif.

A noter qu' »Heartstopper » est une série en cours qui est d’abord publiée (en anglais) sur Tumblr (première page ici). Il y a une mise à jour chaque semaine et les nouvelles pages sont à chaque fois ma bouffée d’oxygène hebdomadaire. Un grand merci à Alice Oseman pour cette histoire toute douce.

.

On en parle aussi sur Les lectures de Doris, chez Songe d’une nuit d’été et chez Alice Neverland.

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2018 des bibliothécaires : Silence Radio, Alice Oseman

LGBT 2018 2 Silence Radio

De quoi ça parle?

Je suis Frances, Frances la sérieuse, la solitaire, la discrète. Je passe mon temps à étudier. J’ai un seul objectif : entrer à Cambridge après le bac. Je suis Frances, la vraie Frances. Je suis fascinée par le mystérieux Silence Radio et sa chaîne Youtube Universe City. J’aime rire et j’aime dessiner.

Et puis je rencontre Aled. Avec lui, je peux enfin être moi. Avec lui, je vais enfin avoir le courage de trouver ce qui compte vraiment pour moi

.

Pourquoi on aime?

Les romans jeunesse qui s’éloignent des clichés habituels pour présenter des ados différents, qui ne rentrent pas dans les cases prémâchées du genre, c’est rare, et donc d’autant plus appréciable. Alice Oseman, jeune autrice de 24 ans avec plusieurs romans (ainsi qu’un adorable et long webcomic en anglais) à son actif, nous offre des jeunes personnages « vrais », bizarres, sages, qui ne sont pas dans les excès habituels. Et, chose encore plus appréciable, de toutes origines et sexualités, sans qu’il n’y ait un but derrière cette « représentation ». C’est juste la vie, la diversité, elle n’est pas gratuite, elle est juste normale.

Frances, l’héroïne de ce livre, est une adolescente partagée entre l’image de parfaite élève qu’elle donne et son côté passionnée pour l’univers « geek » qui ne colle pas avec ce masque créé pour plaire aux autres. Elle ne sait plus trop où elle en est, son avenir la destine à une grande université mais est-ce vraiment ce qu’elle veut? Est-ce qu’il existe une autre voie que celle académique? Les parents et la société aiment à dire que non. Mais la réalité de la vie post-estudiantine prouve qu’un diplôme n’est pas (plus) la voie royale vers l’emploi. Dès lors, que choisir?

Alice Oseman, à travers une histoire attachante mais différente de ce dont on a l’habitude, nous parle d’amitié, d’amour, de passions, d’épanouissement et de l’image que l’on renvoie aux autres. Sous sa plume naît un récit qui est tout sauf anodin et léger. Elle déstabilisera peut-être à cause de ça. Mais elle aidera aussi peut-être beaucoup de personnes la lisant, qu’elles soient adolescentes ou adultes.

.

On en parle aussi chez Les carnets de bord, Café Powell, A Little Matter Whatever et sur la Rainbowthèque.

.

journée lutte contre homophobie