Lisez-vous le belge – les BD: 2. Funky Town de Mathilde Van Gheluwe

« Funky Town » par Mathilde Van Gheluwe chez Atrabile

De quoi ça parle?

Funky Town se lit comme un conte moderne – et comme tous les contes, se prêtent à plusieurs niveaux de lecture – où l’on suit la jeune Lele, enfant solitaire et écrivain en herbe, qui chaque jour s’enfonce dans la forêt pour rendre visite à Baba Yaga la mystérieuse, et ramener alors une potion vitale à sa chère et imposante mère. Se faisant, elle traverse les rues de Funky Town, étonnante ville dont les habitants semblent voués à un hédonisme chaotique. Petit à petit, il apparaît que Lele pourrait vivre dans le plus complet des mensonges.

Pourquoi ce livre?

« Funky Town » est une BD qui se balade entre conte cruel et folklore référencé. Il y a de la magie, il y a de la crainte, il y a des figures féminines quasiment mythique, fortes, effrayantes, puissantes. Il y a surtout une histoire intrigante qu’on ne sait plus lâcher. Le tout dans un crayonné étonnant, différent, rempli de détails et très simple à la fois.

A noter que Mathilde Van Gheluwe aurait dû être un de nos bibliothécaires d’un soir mais le COVID est passé par là. Nous espérons avoir le plaisir de l’accueillir chez nous une fois que tout se sera calmé…

Mais qu’est-ce qui est belge dans tout ça?

L’autrice, tout simplement, qui a d’ailleurs fait une BD très marquante sur l’affaire Dutroux vue du point de vue d’un enfant vivant l’avant/pendant/après qui m’a rappelé énormément de souvenirs vu que j’avais plus ou moins l’âge des protagonistes à la même époque. L’autrice a vraiment retranscrit l’ambiance qui m’a marquée.

Coups de coeur BD mars 2017 – « De la Chevalerie » de Juliette Mancini

De la Chevalerie de Juliette Mancini chez Atrabile

Ah, le Moyen Age, ses demoiselles en détresse, ses preux chevaliers, ses grandes croisades, ses valeurs, ses exploits!

Ou pas.

Avec « De la Chevalerie », Juliette Mancini s’amuse à porter un regard piquant et critique sur cette époque que la littérature idéalise habituellement. Elle transforme à sa propre sauce cette période historique souvent plus fantasmée que fidèlement décrite. Et pourtant, sa vision semble plus proche de la réalité que bien d’autres… Les guerres sont stupides et affreuses, les femmes essaient de s’échapper de leur condition et le clergé est corrompu au possible.

La série de sketchs que Juliette Mancini nous propose dans cet album oscille entre moments capturés et esthétique de la répétition qui donnera du sens à une suite de concepts. L’ensemble peut être lu à différent degrés, juste pour son humour cynique ou alors pour ses analyses d’un monde qui n’a pas tant disparu que ça quand on y pense.

Derrière des dessins crayonnés faussement naïfs, l’ensemble s’avère délicieux, pertinent et intelligent. Nous, on adore et on attend avec impatience la suite de l’œuvre de cette jeune auteur dont les débuts sont plus que prometteurs!