Lisez-vous le belge – les BD: 1. La grande métamorphose de Théo de Marzena Sowa et Geoffrey Delinte

« La grande métamorphose de Théo » par Marzena Sowa et Geoffrey Delinte chez La Pastèque

De quoi ça parle?

​Alors que Théo se demande ce que cela ferait d’être un oiseau, le voilà qui se retrouve tout-à-coup métamorphosé en moineau. Et il n’est pas le seul : à l’école, il remarque qu’une fille, Louise, est devenue un moustique ; et qu’un garçon, Michel, s’est changé en lion. Les autres ne semblent pas s’apercevoir de leur nouvelle apparence, ni leurs professeurs ni leurs parents, mais eux peuvent désormais voir tous les gens qui ont subi la même transformation. De nouveaux liens d’amitié se créent, et ensemble, ils vont chercher à découvrir comment cette métamorphose est arrivée, et comment faire rentrer les choses dans l’ordre. Si toutefois cela est possible… 

Pourquoi le lire?

Parce qu’en ces temps, un peu de douceur, ça ne peut pas faire de mal. « La grande métamorphose de Théo » est une histoire toute tendre et adorable sans être pour autant niaise. Elle aborde des sujets sérieux via l’angle fantastique et plaira autant aux plus jeunes qu’aux adultes qui pourront y trouver une dimension supplémentaire qui leur fera lire cette histoire différemment.

Et puis on adore tous Geoffrey, donc on peut la lire aussi juste pour lui. 😉

A noter que cette BD est sélectionnée pour différents prix: la Petite Fureur (bien belge), le prix des libraires du Québec ainsi que le prix des écoles pour le festival d’Angoulême.

Mais qu’est-ce qui est belge dans tout ça?

La Pastèque est peut-être un éditeur canadien, Geoffrey Delinte n’en est pas moins un auteur bien de chez nous et Marzena Sowa, d’origine polonaise, a vécu jusqu’à très récemment en Belgique.

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2018 des bibliothécaires : Libération, Patrick Ness

LGBT 2018 3 Libération

De quoi ça parle?

Un samedi d’été, dans une banlieue paumée. Adam Thorn ne le sait pas encore, mais sa vie est sur le point de basculer. Asphyxié par sa famille, harcelé par son boss, tiraillé par des sentiments contradictoires, gay, définitivement gay, Adam voudrait juste avoir le droit d’aimer.
Pendant ce temps, au bord du lac, l’esprit d’une jeune fille assassinée se réveille, en quête de vengeance…
L’un et l’autre trouveront-ils la libération à l’issue de cette intense et surnaturelle fichue journée ?

.

Pourquoi on aime?

Patrick Ness est un auteur qu’on admire énormément et « Libération » est certainement son livre le plus abouti. Nous y suivons un jeune homme gay, Adam, qui cache sa sexualité à une famille extrêmement croyante et intolérante. A la manière d’une Mrs Dalloway (personnage de Virginia Woolf, et roman éponyme auquel il est ouvertement fait référence dans ce livre), ce jeune homme va, au long d’une journée marquante et éprouvante, être confronté au pire comme au meilleur, ce qui l’amènera à découvrir son entourage sous un nouveau jour et à s’accepter entièrement et sans conditions.

Si le roman de Patrick Ness marque autant, c’est qu’il apporte une complexité psychologique rare et touchante à son personnage principal. Il se (re)construit au fil des pages grâce à tout ce qui lui arrive. Il ne s’agit pas pourtant de l’acculer sous les problèmes mais de lui permettre de se découvrir à travers des obstacles qui ne sont pas là gratuitement pour faire avancer le récit mais qui font chacun sens. Et, indirectement, quelle que soit notre sexe ou notre orientation sexuelle, nous en venons nous aussi à nous interroger sur notre vie et sur notre rapport à nous-même. Ce qui est toujours intéressant comme résultat d’une lecture.

A noter que ce roman comporte une histoire fantastique en parallèle de celle du jeune Adam. En toute sincérité, celle-ci nous a barbée et nous avons fini par l’ignorer. Après avoir parlé à plusieurs personnes ayant lu le livre, il est ressorti que cette partie n’a intéressé personne. A vous de voir si vous avez envie de la lire toute de même, mais l’histoire reste compréhensible si on la passe.

.

On en parle aussi chez Les Carnets de Bord, Ça pétille!, Face de Citrouille et Nine Hank.

.

journée lutte contre homophobie