Coups de cœur « arc-en-ciel » 2017 des bibliothécaires : Autres suggestions

Les livres dont nous vous avons parlé cette semaines ne sont pas les seuls coups de cœur arc-en-ciel que nous avons eu cette année. Nous voulions laisser une petite place aussi aux autres histoires LGBTQ+ qui nous ont fait vibrer depuis mai dernier:

lgbt 8 heureux

 « Heu-reux ! », Christian Voltz  – Rouergue (album)

Le roi Grobull, taureau-tyran, veut marier le prince Jean-George. Il est décidé à trouver une belle vache pour celui-ci. Mais avant tout, il veut que son fils puisse faire un mariage d’amour. Parce que, c’est décidé, il sera heu-reux !

Les albums de Christian Volts sont toujours merveilleux et merveilleusement drôles. Celui-ci ne fait pas exception à la règle.

LGBT 8 George

« George », Alex Gino – L’Ecole des loisirs

George est un garçon tranquille et sans histoire. Si ce n’est qu’il le sait, il est une fille en fait. Il n’a pas encore osé en parler aux gens autour de lui. Mais quand son institutrice propose de monter une pièce, il sait qu’il faut qu’il interprète le premier rôle féminin.

Ce court roman est simple, touchant et tellement facile à aimer que ce serait dommage de passer à côté.

LGBT 8 Grayson

« Le secret de Grayson »,  Amy Polonsky – Albin Michel jeunesse

Grayson se rêve princesse mais est enfermé dans un corps de garçon. Alors elle cache ce corps qu’elle n’aime pas dans des vêtements amples et essaie de ne pas se faire remarquer. Mais un jour, elle trouve le courage d’auditionner pour la pièce de théâtre de l’école. Pour le rôle d’une fille.

Partant du même point de départ que « George », « Le secret de Grayson » est un peu plus sombre. Son personnage est orphelin et vit chez un oncle et une tante qui l’aiment mais ne comprennent pas sa vraie nature. Il devra réussir à trouver sa place et à s’affirmer pour pouvoir vivre en accord avec ce qu’il est.

LGBT 8 Lumberjanes

« Lumberjanes », Noelle Stevenson, Grace Ellis, Shanon Watters & Brooke A Allen – Urban Kids (BD)

Cinq filles intrépides, un camp de vacances, quelques phénomènes surnaturels et le tour est joué, vous vous retrouvez avec une BD nerveuse, magique et drôle, si drôle.

lgbt 8 Normale

« Normal(e) », Lisa Williamson – Hachette

David est né garçon mais il est une fille. Seuls ses amis proches sont au courant. Il vit avec le poids de ce secret. Quand un nouveau garçon à la réputation effrayante arrive à l’école, il se sent étrangement attiré par lui. Peut-être parce que ce dernier semble aussi cacher un lourd secret…

Alternant les points de vue entre les personnages, ce roman un peu plus sombre traite de différents problèmes avec justesse et nous fait découvrir des adolescents différents et attachants.

LGBT 8 Carry On

« Carry On », Rainbow Rowell – PKJ

Simon Snow est un magicien orphelin qui n’arrive pas à contrôler ses pouvoirs. A Watfort, l’école de magie qu’il fréquente, il doit partager une chambre avec son pire ennemi, Baz Pitch, qu’il soupçonne d’être un vampire. Ce qu’il ne sait pas, c’est que si Baz est aussi désagréable avec lui, c’est parce qu’il est en fait amoureux de lui et a peur que ça se sache…

Simon Snow a été inventé par Rainbow Rowell pour être le double de Harry Potter dans son (génialissime) roman « Fangirl » et elle a tellement aimé ce personnage qu’elle lui a consacré un livre. Il n’est donc pas erroné de dire que « Carrry On », c’est un « Harry Potter » gay.

LGBT 8 arc-en-ciel

« Le jardin arc-en-ciel », Ito Ogawa – Picquier

Izumi, jeune mère célibataire, croise le regard de la lycéenne Chiyoko et tombe amoureuse d’elle. Elle l’empêche de se suicider et les deux femmes ne se quittent plus. Petit à petit, elles se reconstruisent une famille et partent vivre dans une ancienne école qu’elles retapent et qui deviendra une maison d’hôtes atypique.

L’auteur du « Restaurant de l’amour retrouvé » nous livre ici une autre histoire simple, douce et pleine d’espoir. Mais comportant aussi son lot de drames et de larmes.

LGBT 8 Luisa

« Luisa ici et là », Carole Maurel – La Boîte à Bulles (BD)

Trentenaire solitaire, Luisa rêve du grand amour. Un jour, sa voisine sonne à sa porte et la met face à une ado qui n’est autre qu’elle-même à 15 ans. Cette étrange rencontre va la faire réfléchir à sa vie et à son innocence perdue…

BD toute en nostalgie mais aussi pleine d’espoir, « Luisa ici et là » se mange sans faim et fait du bien. Vraiment.

lgbt 8 infinite loop

« The Infinite Loop », Pierrick Colinet & Elsa Charretier – Glénat (BD)

Teddy est une voyageuse temporelle. Elle a pour but de répertorier et de contrôler les anomalies nées des nombreuses exploration de l’espace-temps que ses contemporains effectuent. Un jour, une de ces anomalies prend forme humaine. Et Teddy en tombe instantanément amoureuse. Elle décide de protéger celle qu’elle est censée éliminer…

Véritable histoire de SF vertigineuse, « The Infinite Loop » est un projet ambitieux qui ose aller au bout de ses possibilités scénaristiques et visuelles.

Isabel Greenberg 02

« Les Cent Nuits de Hero », Isabel Greenberg – Casterman (BD)

On en parle ici.

LGBT 8 mari frère

« Le mari de mon frère », Gengoroh Togame – Akata (manga)

On en parle ici.

journée lutte contre homophobie

Coups de cœur BD mars 2017 – « Le mari de mon frère » de Gengoroh Tagame

Le Mari de mon Frère de Gengoro Tagame chez Akata

Les récits de famille sont souvent délicats à construire. Il faut être émouvant sans faire dans le dégoulinant pour autant, toucher à l’universel mais en racontant une histoire particulière originale. Puis, idéalement, il faut pouvoir parler à un large public. Tant qu’à faire. Et il faut dire que la série « Le mari de mon frère » fait tout cela et même plus encore.

Gengoroh Tagame nous offre ici une série de mangas incroyablement doux et subtils prônant la tolérance sans faire de leçons de morale pour autant. Il nous parle d’un homme vivant seul avec sa petite fille. Son frère jumeau vient de mourir. Il ne le connaissait plus vraiment, ce dernier étant parti vivre au Canada la décennie précédente. Et débarque soudainement le veuf canadien de ce frère perdu, du style gros bucheron bien poilu mais tellement tendre et gentil. La fillette s’attachera tout de suite à cet oncle nouvellement découvert alors que son père aura quelques difficultés à l’accepter, difficultés dues à ses habitudes plus retenues de Japonais mais également à quelques préjugés d’une homophobie ordinaire bien trop répandue, encore de nos jours. Heureusement, ces préjugés seront à chaque fois oubliés grâce à la tolérance joyeuse et insouciante de sa petite découvrant l’homosexualité et acceptant sans problème celle-ci (démontrant par là-même que ces préjugés ne viennent pas des plus petits mais sont inculqués dans leurs esprits par les adultes qu’ils fréquentent).

Ainsi, nous suivons la vie ordinaire de cette famille nouvellement réunie. Et, bizarrement, l’alchimie entre ces êtres que tout oppose fonctionne et on se retrouve bien vite à être ému par de simples choses et de chouettes réflexions.

Nous souhaiterions mettre ces mangas entre toutes les mains tellement ils sont à la fois facile à aimer – et ce sans pour autant verser dans les travers insupportables de ce type de récits – et très simples à comprendre quand ils abordent des questions en rapport avec l’homosexualité (le mariage, le coming out, etc.). Mangez-en, c’est du bon, du léger tout doux sans être trop sucré. Que demander de plus?