Coups de cœur « arc-en-ciel » 2020 des bibliothécaires : « Sur la route de West », Tillie Walden

Sur la route de

De quoi ça parle?

Béa et Lou se rencontrent dans une station-service texane et décident de faire route ensemble. Une dizaine d’années les séparent, mais les deux jeunes femmes se ressemblent: chacune tente, à sa manière, d’échapper à un passé douloureux. Alors qu’elles roulent vers West, une ville mystérieuse qui ne figure sur aucune carte, d’étranges individus semblent les prendre en chasse…

.

Pourquoi on aime?

C’est difficile de parler de cette BD car le mieux, c’est de l’ouvrir et de se laisser emporter par elle. Dès les premières images, on sent qu’il va se passer quelque chose de bizarre, le dessin à la fois flottant et élégant nous plonge directement dans un univers qui nous semble réel mais aussi fantastique.

En utilisant le récit de genre du roadtrip, Tillie Walden nous emmène sur les chemins de la rencontre, de l’amitié, de la complexité humaine. Pour ce faire, on va suivre Lou et Béa. Au début, on ne sait pas où elles vont, ni pourquoi. On les suit. Au fur et à mesure qu’on avale les kilomètres en compagnies des ces deux personnages attachants, on découvre leurs vies, ce qui les rapproche, et malgré quelques moments de tensions, on sent énormément de tendresse et de bienveillance de l’une envers l’autre. Et puis, lors d’un arrêt, Lou et Béa font la rencontre d’un chat perdu, mais avec une adresse autour du cou. Une adresse qui les emmènera à West…

Si vous avez envie d’avoir la sensation d’assister à la naissance d’une des futures grandes autrices de la BD, lisez « Sur la route de West », mais également toutes les BD de Tillie Walden. A seulement 24 ans, elle a déjà écrit et dessiné 6 romans graphique, près de 1500 pages publiées, dont déjà 4 traduites en français (et on les a toutes à la bibli parce qu’on adore!), elle a reçu un prix Ignatz et un prix Eisner.

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2020 des bibliothécaires : « En apnée », Meg Grehan

en-apnee

De quoi ça parle?

Maxime est une fille. Elle a onze ans, elle aime sa mère qui l’élève seule, les livres et savoir plein de choses sur tout. Dans ce monde complexe, aimer et savoir la rassurent.
Maxime sait des choses sur les baleines, sur les créatures sous-marines, sur son meilleur ami de toujours, Adam, et aussi, qu’elle ne sait pas tout. Par exemple, elle ne sait pas expliquer ce qu’elle ressent pour Chloé, ce sentiment nouveau et étrange, un émoi qu’elle ne comprend pas. Elle aimerait savoir si c’est ce qu’on appelle un coup de foudre et, comme elle est une fille et Chloé aussi, si elle a le droit de ressentir ça pour elle.

.

Pourquoi on aime?

« En apnée » est un adorable roman pré-ado assez original et par sa forme, et par son histoire. Maxime est un personnage attachant et son histoire nous emporte vite. Elle est racontée de manière poétique et douce. Elle donne un petit livre qui fait tellement de bien! On le referme le sourire aux lèvres. Et cette couverture… *_*

Et pour citer Maxime:

« En cas d’urgence

J’ai besoin de savoir

Ce qu’est cette sensation […]

Comment elle s’appelle et

Ce qu’elle signifie et

Pourquoi elle est là

Je veux tout savoir

Et quand je veux savoir

Quelque chose

Je vais à la

Bibliothèque »

Je n’aurais pas mieux dit, Maxime.

 

On en parle aussi chez Planète Diversité, chez Sophielit et chez Bob et Jean-Michel

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2020 des bibliothécaires : « Son corps et autres célébrations », Carmen Maria Machado

Son corps et autres

De quoi ça parle?

Une femme porte en permanence un ruban vert autour du cou et refuse que son mari le touche, quelle que soit la situation.

Une autre fait l’« inventaire » de ses amant(e)s tandis qu’autour d’elle, un fléau plonge les États-Unis dans l’angoisse.

Une autre encore fait une curieuse découverte dans une boutique de robes de bal : les objets familiers et usuels recèlent peut-être une vérité terrifiante…

Les nouvelles de Carmen Maria Machado ne sont d’aucun genre : tour à tour fantastiques, fantaisistes ou proches de la science-fiction, elles préfèrent le trouble à la certitude, l’ombre à la clarté, l’inventivité au classicisme. Elles partagent cependant une ambition commune : dire la réalité de l’expérience des femmes et la violence qui s’exerce sur leurs corps.

.

Pourquoi on aime?

Autant le dire tout de suite, ce livre a été un énorme (ÉNORME) coup de cœur pour Sophie, certainement sa lecture préférée de 2019. Pourquoi? Pour tellement de raisons. Mais principalement pour l’originalité de l’écriture de Carmen Maria Machado. Écrire des histoires courtes est un exercice difficile, et les recueils de nouvelles sont souvent de drôles d’objets livresques inégaux et frustrants. Mais ici, il n’y a que des perles dans ce recueil hétéroclite mais fascinant. On y croise de nombreux genres, des problématiques diverses, des exercices de style étonnants, des personnages tellement bien créés qu’ils restent avec nous et des histoires marquantes, qui finissent par nous habiter. Difficile de choisir un morceau préféré tellement chaque récit est capable de venir résonner avec un vécu très personnel différent pour chacun.

Mais que vous dire alors pour vous convaincre de lire ce livre? Qu’il marque la naissance d’une autrice remarquable, qui a des choses à dire et qu’il les dit avec tellement de grâce et de cruauté que ses mots font autant de mal que de bien. Carmen Maria Machado a su traduire l’expérience de la féminité, du rapport à l’autre, de l’acceptation de soi et de la recherche du sens avec des mots justes, précis et si poétiques. On vous demande de nous faire confiance sur ce coup-là et de tenter ce magnifique et étrange livre qu’est « Son corps et autres célébrations ». Une merveille. Et encore plus.

.

On en parle aussi chez Le dévorateur, chez Les lectures du mouton et à la Salle 101.

Semaine des coups de cœur «arc-en-ciel» – édition 2020

journée lutte contre homophobie

Comme les années précédentes, en l’honneur de la Pride belge (qui est reportée cette année en raison des circonstances) et de la journée de lutte contre l’homophobie du 17 mai, du 11 au 17 mai, le blog revêtira les couleurs de l’arc-en-ciel et vous permettra de découvrir nos derniers coups de cœur en littérature LGBTQ+. Les livres dont nous parlerons sont bien sûr disponibles au Centre de Lecture, n’hésitez pas à nous faire savoir si vous souhaitez les réserver par commentaires, via mail, par téléphone ou de vive voix.

.

Les coups de cœur de 2020:

Son corps et autres célébrations, Carmen Maria Machado

En apnée, Meg Grehan

Sur la route de West, Tillie Walden

Un jour mon prince viendra, Agnès Laroche et Fabienne Brunner

Heartstopper, Alice Oseman

Autres suggestions

.

Les coups de cœur de 2019:

Spinning, Tillie Walden

Signes, Anna Martin

Appelez-moi Nathan, Catherine Castro & Quentin Zuttion

Le jour où papa s’est remarié, Thierry Lenain et Thanh Portal

La sirène et la licorne, Erin Mosta

La nuit mange le jour, Paul Burckel et Hubert

Autres suggestions

.

Les coups de cœur de 2018:

Rouge Tagada, Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini

Radio Silence, Alice Oseman

Libération, Patrick Ness

Homo Sapienne, Niviaq Korneliussen

Amatka, Karin Tidbeck

Les Argonautes, Maggie Nelson

Autres suggestions

.

Les coups de cœur de 2017:

Aquarium, David Vann

Le monde est derrière toi, Marian de Smet

Écumes, Ingrid Chabbert et Carole Maurel

Celle dont j’ai toujours rêvé, Meredith Russo

Opération pantalon, Cat Clarke

Nimona, Noelle Stevenson

Autres suggestions

.

Les coups de cœur de 2016 :

Le chant d’Achille, Madeleine Miller

Le blues des petites villes, Fanny Chiarello

Blue, Kiriko Nananan

La face cachée de Luna, Julie Anne Peters

La Belle et le Fuseau, Neil Gaiman & Chris Riddell

Peau, Dorothy Allison

Autres suggestions

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2019 des bibliothécaires : Autres suggestions

Les livres dont nous vous avons parlé cette semaines ne sont pas les seuls coups de cœur « arc-en-ciel » que nous avons eus cette année. Nous voulions laisser une petite place aussi aux autres histoires LGBTQIA qui nous ont fait vibrer depuis mai dernier:

 

« Le Prince et la Couturière », Jen Wang

LGBT 2019 08 01 Prince

Le prince Sébastien cherche sa future femme, ou plutôt, ses parents lui cherchent une épouse… De son côté, Sébastien est trop occupé à garder son identité secrète à l’abri des regards indiscrets. La nuit, il revêt les tenues les plus folles et part conquérir Paris sous les atours de l’époustouflante Lady Crystallia, l’icône de mode la plus courue de toute la capitale !

Sébastien a une arme secrète : sa couturière, Francès, une des deux seules personnes à connaître son secret, et sa meilleure amie. Mais Francès rêve de s’accomplir par elle-même, et rester au service du prince lui promet une vie dans l’ombre… pour toujours. Combien de temps Francès supportera‑t-elle de vivre dans le boudoir de Sébastien en mettant ses rêves de côté ?

.

« Pourquoi pas nous », Becky Albertalli & Adam Silvera

LGBT 2019 08 02 Pourquoi

« Want to give me a second chance here, universe? »

Arthur est à New York pour l’été, en attendant de savoir s’il va être reçu à Yale. Lorsqu’il croise le chemin de Ben dans un bureau de poste, c’est le coup de foudre. Il y voit un signe du destin. De son côté, Ben doute que le destin soit de son côté : il vient de rompre avec son petit ami, Hudson, et n’est pas vraiment prêt pour une nouvelle relation. Pourtant, ni l’un ni l’autre ne parviennent à oublier cette première rencontre. Au fil des rendez-vous, les deux garçons se rapprochent, jusqu’à ce qu’Arthur découvre que Ben, toujours ami avec Hudson, préfère se confier à son ex-petit copain. Arthur est dévasté. Il est persuadé que son amour est à sens unique. Il leur faudra le soutien de leurs amis pour dépasser les malentendus afin de mieux se retrouver.

.

« Et ils meurent tous les deux à la fin », Adam Silvera

LGBT 2019 08 03 meurent

Le 5 septembre, un peu après minuit, les services de Death-Cast appellent Mateo Torrez et Rufus Emeterio pour leur annoncer une bien mauvaise nouvelle : c’est aujourd’hui qu’ils vont mourir.

Mateo et Rufus ne se connaissent pas, mais, pour des raisons différentes, ils cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour final. La bonne nouvelle ? Il existe une appli pour ça ! L’appli s’appelle « Le Dernier Ami », et grâce à elle, Rufus et Mateo vont se rencontrer pour une ultime grande aventure : vivre toute une vie en une seule journée.

..

« Leah à contretemps », Becky Albertalli

LGBT 2019 08 04 Leah

Quand il s’agit de jouer de la batterie, Leah Burke maîtrise le tempo. Mais la vie réelle n’est pas toujours si bien rythmée. Fille unique d’une jeune mère célibataire, Leah n’a pas les mêmes privilèges que les gens qui l’entourent.
Elle est passionnée de dessin, mais trop complexée pour le montrer. Seule sa mère sait qu’elle est bisexuelle : elle n’a pas trouvé le courage de le dire à ses amis – pas même à son meilleur pote Simon, qui est pourtant « sorti du placard » comme on dit ! Avec la fin du lycée qui approche, le groupe d’amis qu’elle croyait à toute épreuve commence à se diviser.
Les tensions montent. Le cœur de Leah ne bat plus en mesure quand les personnes qu’elle aime se disputent. Surtout lorsqu’elle se rend compte que ses sentiments pour l’une d’entre elles vont au-delà de l’amitié.

.

« Sam et le(s) garçon(s) », L. Philips

LGBT 2019 08 05 Sam

Après deux longues années de célibat, Sam, dix-sept ans, est désespéré : retrouvera-t-il un jour un copain ? Il décide donc de lancer un sort pour faire de nouvelles rencontres… et trois garçons débarquent aussitôt dans sa vie ! Gus, le beau Français en échange scolaire. Jamie, l’artiste timide. Travis, la future rock-star. Sans compter Landon, l’ex de Sam, qui voudrait bien une nouvelle chance… Après le désert affectif, Sam a maintenant l’embarras du choix. Mais lequel des quatre candidats est son garçon idéal ?

.

« Autoboyographie », Christina Lauren

LGBT 2019 08 06 Autoboyographie

Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Californie pour l’État, plus traditionnel, de l’Utah, le jeune homme se rend à l’évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu’un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir l’Utah dès que possible).

C’est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Tanner ne peut résister au plaisir de clouer le bec à Autumn… Quatre mois, c’est long et largement suffisant pour relever ce challenge. D’ailleurs, Tanner a bien raison. Preuve en est, il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige – accessoirement mormon – qui a remporté le séminaire haut la main l’année passée. Et il n’a eu besoin que de quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui…

.

« La main gauche de la nuit », Ursula K. Le Guin

LGBT 2019 08 07 main

Sur Gethen, la planète glacée que les premiers hommes ont baptisée Hiver, il n’y a ni hommes ni femmes, seulement des êtres humains. Des androgynes qui, dans certaines circonstances, adoptent les caractères de l’un ou l’autre sexe.
Les sociétés nombreuses qui se partagent Gethen portent toutes la marque de cette indifférenciation sexuelle. L’Envoyé venu de la Terre, qui passe pour un monstre aux yeux des Géthéniens, parviendra-t-il à leur faire entendre le message de l’Ekumen ?

Ce splendide roman a obtenu le prix Hugo et a consacré Ursula Le Guin comme un des plus grands talents de la science-fiction.

.

« Bâtir aussi », collectif

LGBT 2019 08 08 Bâtir

Un recueil de textes d’anticipation entre essai et fiction qui invite à imaginer de nouvelles formes de futurs partagés. 2011, les printemps arabes ont donné le ton à d’autres révoltes. Un mouvement mondialisé s’étend, c’est l’Haraka. Les productions industrielles, les États et toutes les hiérarchies vacillent. Des dynamiques populaires s’entrechoquent pour répondre aux nécessités de la survie et dessiner un futur habitable. 2021, les communes libres s’épanouissent sur les ruines du système. Comment vivre avec l’héritage de l’Antémonde ? Comment faire le tri des objets et des savoirs d’une époque aux traces tenaces ? Les haraks dessinent leur quotidien en fonction de leurs ressources et de leurs rêves. Des dynamos aux rites funéraires, des nouilles instantanées aux assemblées, la routine collective s’élabore pour bâtir un monde qui s’espère sans dominations.

.

« Leo Loves Aries », Anyta Sunday

LGBT 2019 08 09 Leo

Lion : une nouvelle personne va rentrer dans votre vie en début d’année. Si vous passez outre les moments de frustration qu’elle vous apportera et parvenez à en rire, cela pourrait signifier le début d’une amitié prospère.

Theo Wallace a l’habitude de rire des horoscopes que sa mère lui envoie. Encore obnubilé par son ex et sans aucun ami à son actif, cette prédiction lui donne envie de revoir ses positions. Parce qu’une amitié qui tient la route, qui grandit… Eh bien, ce serait une bonne raison de mettre ses vieilles blessures de côté et de se tourner vers un « avenir prometteur ».

Lorsque sa sœur Léone le met au défi de lui trouver le parfait cavalier pour un mariage printanier, Theo le voit comme l’occasion de se faire de nouveaux amis. Son ex professeur particulier, qui se trouve être son nouveau coloc, Jamie Cooper, semble être un candidat possible et pratique de surcroit. Très pratique. Comme si c’était le destin.

Tout ce qu’il a à faire, c’est de s’assurer que Jamie est le bon choix ; qu’il pourrait être l’homme idéal pour sa sœur, et un bon ami pour lui-même.

Mais faites preuve de prudence, Lion, car les étoiles vous mijotent une surprise…

.

« Le vrai sexe de la vraie vie 2 », Cy.

LGBT 2019 08 10 Sexe

On ne va pas vous cacher que le tome 2 était déjà prévu depuis le début; car avec Le Vrai Sexe de la vraie vie, on a choisi de montrer non pas une sexualité idéale, mais bien des sexualités, variées, différentes, imparfaites… et elles sont nombreuses. Et pour parler de sexe en plein air, de capote fugitive, de culpabilité sexuelle, de sexe pendant les règles, de sodomie hétéro, de changement female to male, de pression masculine ou de sexe sans capote, on avait besoin d’encore beaucoup, beaucoup de papier.

.

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2019 des bibliothécaires : « La nuit mange le jour », Paul Burckel et Hubert

LGBT 2019 07 La nuit mange le jour

De quoi ça parle?

Certains ont peur d’aimer. D’autres aiment avoir peur.

Jeune homme peu sûr de lui, Thomas est immédiatement séduit par la puissance physique et spirituelle de Fred. Avec ce nouvel amant, il se découvre, apprend de nouvelles choses sur sa sexualité. Mais il fait surtout la connaissance indirecte de celui qui fut son ex et modèle : Alex. Un être à la beauté surnaturelle, aussi lumineux physiquement que sombre psychiquement, dont le portrait orne les murs du loft de Fred et qui a aujourd’hui mystérieusement disparu. Qui était Alex et pourquoi Fred était-il aussi fou de lui ? Qu’a-t-il bien pu lui arriver ? Peu à peu, Thomas va devenir obnubilé par l’image d’Alex, essayant d’élucider les mystères qui l’entourent. Des mystères qui l’effrayent et l’excitent à la fois…

À travers toute la fougue de cette relation passionnelle, Hubert et Paul Burckel signent un thriller domestique haletant, moderne et original. Alors que Le Bleu est une couleur chaude avait su capter l’essence intime des relations lesbiennes, La Nuit mange le jour offre aujourd’hui une exploration sans précédent dans les faces sombres de la psyché de l’homosexualité masculine. Une plongée captivante et toute en tension à l’intérieur des personnages et de leurs désirs, dans la veine de L’Inconnu du lac d’Alain Guiraudie ou de L’Empire des sens d’Oshima.

.

Pourquoi on aime?

On a parlé de livres qui font du bien mais, parfois, il faut bien avouer qu’on aime souffrir. Et « La nuit mange le jour » nous offre une plongée sombre dans le BDSM (et plus) qui pourra combler ce besoin d’histoires plus glauques, plus adultes, sans que cela ne tourne sur la difficulté d’acceptation ou l’homophobie. Entrez dans cette BD à vos risques et périls, vous allez découvrir une part obscure de l’humanité. Âmes jeunes et/ou sensibles, s’abstenir. Les autres, vous pourrez y découvrir un récit fascinant raconté par des images troublantes.

.

On en parle aussi dans le Bar à BD, chez Samba BD et chez La ménagerie du livre.

.

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2019 des bibliothécaires : « La sirène et la licorne », Erin Mosta

LGBT 2019 06 La sirène et la licorne

De quoi ça parle?

Tout les oppose, pourtant elles s’attirent, et vont vivre une très belle histoire d’amour au cœur de l’été.

La licorne, c’est Lili. 17 ans, cheveux longs couleur arc-en-ciel, ballerines pailletées. Elle est passionnée par les effets spéciaux et le maquillage au cinéma. Elle a été harcelée sur le Net par les élèves de sa classe. Pour oublier, elle quitte la banlieue parisienne et part en vacances chez sa tante près de l’océan. En apparence, tout va bien et elle assume. La réalité est moins facile.

La sirène, c’est Cris. Cheveux courts, baskets défoncées, vieux jean trop large. Passionnée de voile et de natation, elle est plus à l’aise sur l’océan qu’au milieu de la foule. En vacances dans la maison de vacances familiale, elle tente de guérir d’une blessure. Fragile en apparence, elle possède une vraie force intérieure.

.

Pourquoi on aime?

Voici une petite histoire estivale comme on les aime, pleine de découvertes, de mystères et d’amour. C’est tendre, c’est énergique et ça donne envie de balades le long de la plage et de ruer dans les brancards en refusant les conventions en même temps. C’est ^parfait on vous dit!

.

On en parle aussi chez Carnet parisien, chez Les lectures d’Hatchi et chez Croqu’livre.

.

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2019 des bibliothécaires : « Appelez-moi Nathan », Catherine Castro et Quentin Zuttion

LGBT 2019 04 Appelez-moi Nathan

 

De quoi ça parle?

Nathan est né Lila, dans un corps de fille. Un corps qui ne lui a jamais convenu, il décide alors de corriger cette erreur génétique avec le soutien indéfectible de sa famille, ses amis, ses profs et, à seize ans, des injections de testostérone de 0,8 mg par jour. Quitte à devenir quelqu’un, autant que ce soit vous-même.

.

Pourquoi on aime?

La transidentité du point de vue d’un homme assigné femme à la naissance est moins souvent abordée que celle des femmes trans en littérature, nous aurions dès lors pu évoquer cette BD juste pour l’importance de l’histoire qu’elle raconte mais nous en sommes tombé amoureux surtout pour la justesse des mots et la délicatesse des dessins, qui font d' »Appelez-moi Nathan » une œuvre sensible et essentielle. Et qui parle aux jeunes l’ayant empruntée d’ailleurs, qui nous en ont tous discuté avec nous après.

.

On en parle aussi chez Blogonoisettes, Mes échappées livresques et chez L’étang de Kaeru.

.

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2019 des bibliothécaires : « Signes », Anna Martin

LGBT 2019 03 Signes Anna Martin couverture.jpg

 

De quoi ça parle?

Après avoir passé la majeure partie de sa vie dans des écoles spécialisées, Caleb Stone rejoint une école publique pour sa dernière année de lycée. Une perspective qui l’excite autant qu’elle l’inquiète, risquant d’empirer son anxiété sociale. Sourd et maîtrisant avec difficulté la langue des signes, il s’est fermé au reste du monde. Caleb trouve du réconfort dans son amour pour la photographie. Tout ce qu’il n’arrive pas à exprimer, il le publie sur son Tumblr.
Luttant pour concilier la douleur d’avoir perdu un parent et son ressentiment envers l’attitude de son père, Luc Le Bautillier parcoure Tumblr, cherchant quelqu’un qui pourrait comprendre son look goth et ses attitudes efféminées. Lorsque Luc reblogue l’une des photos de Caleb, c’est le début d’une amitié virtuelle qui devra surmonter bien des obstacles.
Après tout, la communication peut prendre de nombreuses formes… quand vous apprenez les signes.

.

Pourquoi on aime?

« Signes » nous propose une chose simple et pourtant vraiment inhabituelle dans l’univers des romances: une histoire d’amour douce qui se déroule sans accroc. Et qu’est-ce que ça fait un bien fou! On suit ici deux adolescents sur le point de devenir adultes qui se rencontrent par internet et se découvrent lentement, doucement, tendrement, et on s’attache tellement à eux qu’il est difficile de leur dire au revoir à la fin du livre. Cette romance toute simple est devenue une des mes rencontres amoureuses préférées et le fait qu’elle nous propose des personnages atypique ne la rend que plus attachante. Merci Anna Martin pour ce joli moment de douceur!

.

On en parle aussi chez Mon Paradis des livres et chez Enjoy Books.

.

journée lutte contre homophobie

Coups de cœur « arc-en-ciel » 2018 des bibliothécaires : Autres suggestions

Les livres dont nous vous avons parlé cette semaines ne sont pas les seuls coups de cœur « arc-en-ciel » que nous avons eus cette année. Nous voulions laisser une petite place aussi aux autres histoires LGBTQIA qui nous ont fait vibrer depuis mai dernier:

Je suis une fille, Yasmeen Ismail (album jeunesse dès 3 ans)

LGBT 2018 fin Je suis une fille

La petite fille de cette histoire constate avec effarement qu’on la prend souvent pour un garçon… Il suffit pourtant de pas grand-chose, d’un presque rien, pour faire changer le regard des gens. Si elle est tranquillement en train de siroter une menthe à l’eau et qu’elle s’amuse un peu avec sa paille en éclaboussant la table, elle entend la serveuse soupirer que, décidément, les garçons ne sont vraiment pas ordonnés. Alors qu’elle, c’est une fille! Une fille qui aime rouler vite sur sa trottinette, une fille qui adore sauter dans la piscine, jouer de la trompette, faire du bruit et sauter partout! Une fille qui aime aussi bien jouer à la poupée que faire la course pour arriver la première. Elle est une fille, et que personne ne lui dise le contraire!

Nouveautés Littérature Jeunesse en parle ici.

.

Boucle d’ours, Stéphane Servant & Laetitia Le Saux (album jeunesse dès 4 ans)

LGBT 2018 fin Boucle d'ours

Dans la famille Ours, on se prépare : ce soir c’est le grand carnaval de la forêt ! Papa Ours est déguisé en grand méchant loup, Maman Ours en Belle au bois dormant, et Petit Ours? En Boucle d’ours pardi ! Papa Ours est dans tous ses états. Les jupes et les couettes, c’est pour les filles, les oursonnes, les femmelettes, les cacahouètes, les hommelettes! Pourtant, à l’arrivée du Grand Méchant Loup, déguisé en Chaperon Loup, Papa Ours n’en est plus sûr du tout.

A l’ombre du grand arbre en parle ici.

.

Jérôme par cœur, Thomas Scotto & Olivier Tallec (album jeunesse dès 5 ans)

LGBT 2018 fin Jérôme par coeur

Jérôme lui donne ses goûters, le défend contre les moqueries des autres. Dans son sourire, Raphaël se sent protégé. Les jours de sortie, ils se tiennent toujours par la main. Alors oui, Raphaël aime Jérôme. Dans ses rêves et dans la vie. Il le dit.

Ricochet en parle ici.

.

 Bichon, David Gilson (BD jeunesse)

BICHON T1[BD].indd.pdf

Se déguiser en princesse pour un goûter d’anniversaire, jouer à l’élastique, entamer une chorégraphie en pleine cour de récré… Un peu compliqué quand on aime faire toutes ces choses et qu’on est un petit garçon de 8 ans. Mais pas pour Bichon : il transgresse les règles de la société sans même s’en rendre compte ! Heureusement, sa famille et ses amis l’aiment tel qu’il est. Même que parfois Jean-Marc, le beau garçon du CM2, prend sa défense quand on se moque de lui… David Gilson réussit l’ambitieux pari de raconter avec tendresse et humour la vie quotidienne d’un petit garçon « pas comme les autres ». Bichon ne fait qu’être lui-même et se soucie peu du regard des autres, et cette personnalité déjà si affirmée et si naturelle est un joyeux exemple pour les petits et grands lecteurs !

L’oiseau lit en parle ici.

.

Dysfonctionnelle, Axl Cenders (roman ados)

LGBT 2018 fin dysfonctionelle

Fidèle, alias Fifi, alias Bouboule, grandit dans une famille dysfonctionnelle. Papa enchaîne les allers-retours en prison, Maman à l’asile. Mais malgré le quotidien difficile, Fidèle vit des moments de joie, entourée de ses six frères et sœurs aux personnalités fortes et aux prénoms panachés : Alyson, JR, Dalida, Jésus… Cette tribu un peu foldingue demeure Au Bout Du Monde, le bar à tocards que tient le père dans Belleville, théâtre de leurs pleurs et rires. À l’adolescence, la découverte de son « intelligence précoce » va mener Fidèle à « l’autre » bout du monde: un lycée des beaux quartiers où les élèves se nomment Apolline ou Augustin, et re- gardent de haut son perfecto, ses manières de chat de gouttière et ses tee-shirts Nirvana. Mais c’est aussi là que l’attend l’amour, le vrai, celui qui forme, transforme… celui qui sauve.

Si Sophie avait lu ce livre plus tôt, il aurait figuré parmi les autres coups de cœur détaillés présentés cette semaine. Elle l’a malheureusement fini ce midi mais voulait souligner le fait que c’est un gros coup de cœur. Et qu’elle va essayer de le refiler au plus de lecteurs possible!

Mx Cordelia en parle en vidéo ici.

.

Justin, Gauthier (BD ados et adultes)

LGBT 2018 fin Justin BD

Quand le prof de sport demande de former une équipe de filles et de garçons, Justine reste au milieu. Il sent bien qu’il n’appartient pas au genre qu’on lui a attribué mais il se persuade que tout le monde le sait, « sauf papa et maman ». Au fil de sa vie d’enfant, d’ado et de jeune adulte, souvent malmené et incompris, Justine va entreprendre de vivre qui il a toujours été, c’est-à-dire Justin.

Biblioqueer en parle ici.

.

 Skim, Mariko & Jillian Takami (roman graphique ados et adultes)

LGBT 2018 fin Skim

Entre amitiés foireuses et premier amour, le journal intime d’une ado sur le chemin de la maturité. Kim a 16 ans, un surnom pas vraiment flatteur, des parents dépassés et des camarades de classe un peu trop coincées. solitaire, elle se lâche avec une bonne dose de sarcasmes dans son journal intime. États d’âme, amitiés décevantes, soirées ratées, expériences amoureuses… tout passe au crible de sa verve rafraîchissante.

.

Luisa ici et là, Carole Maurel (BD ados et adultes)

LGBT 2018 fin Luisa

D’un côté, il y a Luisa, 33 ans, photographe culinaire célibataire et incapable de vivre plus de quelques semaines avec un homme. De l’autre, Luisa, 15 ans, des rêves plein son sac à dos, une folle envie de trouver l’amour et de vivre de la photographie… Mais aussi des sentiments inassumés pour Lucie, sa copine homosexuelle. Un jour, aussi invraisemblable que cela puisse lui paraître, la Luisa adulte voit débarquer sur le pas de sa porte l’ado qu’elle était ! Cette rencontre sera décisive pour la jeune femme car elle fera remonter à la surface des frustrations trop longtemps enfouies.

La bande du 9 en parle ici.

.

La chambre de Giovanni, James Baldwin (roman adulte, drame)

LGBT 2018 fin la chambre de giovanni

Les histoires d’amour tourmentées et douloureuses d’un jeune Américain à Paris dans les années 50. La sincérité et l’audace avec lesquelles James Baldwin décrit le trouble émotionnel de David, déchiré entre Giovanni et Hella, font de ce livre un classique. La Chambre de Giovanni, l’un des premiers et plus beaux livres de James Baldwin, était resté introuvable pendant plus de vingt-cinq ans.

Lecture / Ecriture en parle ici.

.

Appelle-moi par ton nom, André Aciman (roman adulte, drame)

LGBT 2018 fin Appelle-moi par ton nom

Elio Perlman se souvient de l’été de ses 17 ans, à la fin des années quatre-vingt. Comme tous les ans, ses parents accueillent dans leur maison sur la côte italienne un jeune universitaire censé assister le père d’Elio, éminent professeur de littérature. Cette année l’invité sera Oliver, dont le charme et l’intelligence sautent aux yeux de tous. Au fil des jours qui passent au bord de la piscine, sur le court de tennis et à table où l’on se laisse aller à des joutes verbales enflammées, Elio se sent de plus en plus attiré par Oliver, tout en séduisant Marzia, la voisine. L’adolescent et le jeune professeur de philosophie s’apprivoisent et se fuient tour à tour, puis la confusion cède la place au désir et à la passion…

Les lectures d’Hatchi en parle ici.

.

Le charme des Magpie, K.J. Charles (roman adultes, urban fantasy historique)

LGBT 2018 fin Le Charme des Magpie

Exilé depuis des années, Lucien Vaudrey ne pensait pas rentrer un jour en Angleterre. À la suite du suicide de son père et de son frère, il hérite d’un comté ainsi que des ennemis de sa famille… Afin de se débarrasser d’une malédiction qui l’incite lui aussi à se donner la mort, il se tourne vers un magicien spécialiste des forces occultes, Stephen Day. Très vite, celui-ci tombe sous le charme ravageur de Lucien, qui ne cache pas son envie de le mettre dans son lit. Troublé, Stephen perd peu à peu ses pouvoirs. Mais lorsqu’une série de machinations se referment sur Lucien, Stephen sait qu’il doit les déjouer, sinon la Grande Faucheuse sera leur seule compagne.

Livrement vôtre en parle ici.

.

journée lutte contre homophobie