Les livres qui dérangent: « Grandeur et décadence », Liv Strömquist

livres qui dérangent 07 grandeur et décadence liv strömquist

De quoi ça parle?

La finance qui règne sans partage, le gouffre qui ne cesse pas de se creuser entre l’extrême richesse et l’extrême pauvreté, la mainmise de la classe aisée blanche sur la culture et le médias, la croissance infinie qui est en train de détruire la planète, la gauche qui a renoncé à faire de la politique et l’a remplacée par un creux moralisme, les gargouillis identitaires… Liv Strömquist s’éloigne le temps d’un livre des thématiques de Les sentiments du prince Charles et de L’origine du monde, pour brosser un portrait assez cinglant de nos chancelantes démocraties occidentales. Si le sujet a changé, la verve de l’auteure suédoise n’a nullement perdu de son mordant : partant une fois de plus d’une galerie d’exemples bien choisis – où l’on croise banquiers, princesses, philosophes, P-DG de l’industrie pétrolière et écrivains libertariens – le propos de Liv Strömquist est toujours documenté, brillant et – avant tout – très drôle.
Liv Strömquist nous livre un manifeste politique limpide et humaniste, à la fois analyse des ravages du néolibéralisme et exhortation à construire une société différente.

.

Pourquoi ça dérange?

Liv Strömquist n’a ni sa langue ni sa plume dans la poche et sa BD dénonce ouvertement et implacablement les absurdités de ce monde capitaliste. C’est rude, âpre et salutaire. Et drôle, très drôle aussi.

Les livres qui dérangent: « Les sentiments du prince Charles », Liv Strömquist

Collection Les sentiments du Prince Charles de Liv Stromquist

De quoi ça parle?

Lors d’une conférence de presse après ses fiançailles avec Diana, le prince Charles dut répondre à la question : « Êtes-vous amoureux ? » Après une petite hésitation, il répondit : « Oui… Quel que soit le sens du mot “amour” ». Or, en lisant la presse people quelques années plus tard, on constata que de toute évidence Charles et Diana n’attribuaient pas du tout le même sens au mot « amour »…

« Les sentiments du Prince Charles » est une bande dessinée militante qui alterne fiction et analyse documentée et met à mal les idées reçues sur la relation amoureuse en soulignant que cette dernière n’est qu’une cage fabriquée par les hommes pour maintenir les femmes dans un état de dépendance et de soumission. Cet album est un appel à la prise de conscience et à la libération.

.

Pourquoi ça dérange?

Loin de notre conception occidentale traditionnelle de l’amour – sentiment noble qui justifie de vivre et qui hante nos films, nos livres et nos chansons -, Liv Strömquist nous explique ici l’économie politique d’une illusion qui nous a été vendue comme essentielle. Elle s’amuse à déconstruire ce que l’on sait du sentiment amoureux pour nous laisser face à nos contradictions.

La vision des choses de cette auteur rebutera certainement les lecteurs mais elle participera aussi à une réflexion inattendue, inhabituelle mais essentielle quant à ce que nous tenons pour acquis dans nos relations à l’être aimé. Le but n’est pas de désenchanter le monde mais de réinstaurer un équilibre plus sain entre les personnes qui s’attachent les unes aux autres.

.

Logo collection les livres qui dérangent