Semaine de l’horreur : de vrais frissons pour les plus jeunes?

Semaine de l'horreur journée jeunesse Moka - Barker - Gaiman

Quand on pense horreur, on s’imagine souvent des histoires qui ne sont pas pour les enfants. Et pourtant, ces derniers sont parfois le public le plus friand du genre. Moi-même, j’ai commencé à consommer goulument livres et films qui font peur quand j’avais 10 ans et je n’ai jamais cessé depuis.

Les adultes, quand ils n’empêchent simplement pas les plus jeunes de s’intéresser à la chose, imaginent que les livres d’horreur pour enfants sont innocents et peu effrayants, tous du cachet des Chairs de Poule (que j’adorais quand j’étais gosse). Et pourtant, certains romans jeunesse pourraient faire pâlir de frayeur leurs équivalents « adultes ». Je voudrais vous en présenter trois (que vous pouvez venir emprunter chez nous):

Moka, sœur de la bien connue Marie-Aude Murail, aime les thrillers frôlant le fantastique. Elle saute le pas de l’horreur avec « L’enfant des ombres », livre glaçant à l’ambiance discrètement terrifiante dans lequel une jeune fille est là seule à voir les ombres qui hantent les couloirs de son école. Alors que d’étranges événements commencent à survenir en dans le bâtiment scolaire, elle va se retrouver menacée par des créatures qui se faufilent dans les recoins sombres…

Enchaînons avec un maître de l’horreur plus connu pour ses romans pour adultes, Clive Barker, l’auteur de la série des « Livres de sang » et d' »Hellraiser », dont les monstres sadiques aux visages plantés d’aiguilles ont certainement hanté les cauchemars de pas mal de trentenaires-quarantenaires les ayant vu pour la première fois par hasard un soir bien tard pendant une séance de zapping paresseux devant la télé (non, ça ne m’est pas du tout arrivé, pourquoi dites-vous cela?). Barker a également écrit l’effrayant « Le voleur d’éternité », qui marqua la jeune fille de 12 ans que j’étais en le découvrant. Dans ce roman, un jeune garçon arrive dans un endroit semblant idéal dans lequel il peut passer son temps à s’amuser. Mais quand il commence à réaliser que tout n’est pas si rose dans la maison qui l’a accueilli, il essaye de s’échapper et découvre que le paradis peut vite se transformer en enfer pour ceux qui le rejettent…

Terminons par un de mes auteurs préférés, Neil Gaiman, et un de ses romans jeunesse qui, sous ses allures innocentes, cache un monde parallèle inquiétant, « Coraline ». Coraline est une jeune fille qui s’ennuie. Elle vient d’emménager dans une nouvelle demeure immense. Malheureusement, son père et sa mère n’ont pas le temps de jouer avec elle. Elle décide d’explorer les lieux et découvre un passage vers un double de sa maison dans lequel vivent des parents semblables en tout point aux siens et qui ont tout le temps possible et imaginable pour s’occuper d’elle. Ces autres parents aux yeux remplacés par des boutons commencent à devenir un peu trop présents et pressants…

A noter que tous ces livres feront autant frissonner les grands que les petits. Qui osera tourner la première page…?

Semaine de l'horreur logo

Coups de coeur « arc-en-ciel » des bibliothécaires: la Belle et le Fuseau, Neil Gaiman & Chris Riddell

La belle et le fuseau neil gaiman

Alors qu’elle va bientôt célébrer ses noces, la reine décide de plutôt partir à la rescousse d’une princesse endormie. La voilà en armure qui brave tous les dangers et renverse les rôles au passage dans une histoire délicieusement féministe et parfaite.

Neil Gaiman nous a habitué aux héros inattendus et sortant des cases dans lesquelles on veut les ranger de force. Sa relecture du conte de la Belle au bois dormant n’échappe pas à la règle et c’est une histoire drôle, touchante et amusante qu’il nous offre ici, nous montrant que les filles sont aussi dures à cuire que les princes auxquels nous sommes habituellement confrontés dans ce type de récits pour enfants (et pour adultes).

N’oublions pas également les dessins incroyables du très talentueux Chris Riddell, qui habille régulièrement les textes de Gaiman et est visiblement à l’aise avec les mots de cet auteur. Ses illustrations blanches, noires et ors raviront autant les grands que les petits.

D’autres en parlent plus longuement: Dailymars, La Pile à lire et Sous le feuillage (avec des images du contenu qui donnent envie).

Pride-journee-mondiale-de-lutte-contre-l-homophobie-du-17-mai-2

Coup de cœur des bibliothécaires : spécial BD 2/6 : Sandman, Neil Gaiman

 

BD 01 Sandman

Si Neil Gaiman est maintenant connu pour être l’auteur de quelques chefs-d’œuvre de la littérature jeunesse ou de genre (entre autres pour « Stardust » et « Coraline », tous deux adaptés au cinéma), il s’est avant tout fait un nom (et quel nom) dans le milieu de la BD en nous offrant quelques merveilles comme « Signal/Bruit », « Mr Punch » ou « Violent Cases » mais, surtout, en écrivant cette série devenue culte, voire même fondatrice d’une nouvelle manière de faire des comics, je nomme « Sandman ».

Sandman, c’est Morpheus, Dream (Rêve) de son nom d’Éternel. Il est le frère de Death (Mort), Despair (Désespoir), Delirium (Délire), Destruction (Destruction donc), Desire (Désir) et Destiny (Destin). Morpheus est donc une divinité venant d’une famille bien spéciale. L’histoire débute alors qu’il a été capturé. Mais qui peut retenir un dieu? Morpheus apprendra de nombreuses choses sur lui-même et sur sa famille lors de cette perte de liberté. Il devra accepter le changement qui s’annonce…

« Sandman », c’est une histoire étrange, troublante, qui n’hésite pas à se perdre dans une forme d’onirisme poétique. « Sandman », c’est surtout une narration impressionnante qui emmène le lecteur dans un monde familier et pourtant tellement étrange. La série ayant débuté vers la fin des années 80, le style des illustrations est fort marqué par les influences de l’époque et peut être parfois un peu difficile à apprécier (j’avoue que ça a failli freiner ma lecture plusieurs fois) mais l’on finit par s’habituer à la chose, qui de toute manière s’améliore au fil des tomes. Et ce serait dommage de passer à côté de ce monstre de la littérature bédéesque mais, surtout, de cette histoire incroyable (bientôt adaptée au cinéma d’ailleurs).

Alors venez vous plonger dans le monde des rêves et découvrez ce que les Éternels préparent pour nous, pauvres humains…