Ce mois au Centre de Lecture (édition janvier 2020)

Programme 2020 01 bibMontEnclus

Brico-lectures, lectures et jeux (enfants) :

Samedi 04/01 : 10h : Lisons ensemble – Samen lezen – 0 à 3 ans

Mercredi 08/01 : 14h-15h : Atelier de brico-lecture – 5 à 12 ans

Mercredi 15/01 : 14h-15h : Atelier de brico-lecture – 5 à 12 ans

Mercredi 22/01 : 14h-15h : Atelier de brico-lecture – 5 à 12 ans

Mercredi 29/01 : 14h-15h : Atelier de jeux – 5 à 12 ans

 .

Clubs de Lecture, de tricot-crochet et de scrabble (adultes) :

Vendredi 03/01 : 14h30 : Club de lecture pour adultes

Vendredi 31/01 : 14h : Club de Scrabble

 .

Écriture/dessin (adultes et adolescents) :

Samedi 11/01 : 10h-12h30 : Atelier de BD & mangas – ados et adultes

                           14h-16h30 : Dessinons ensemble

Samedi 25/01 : 10h-12h30 : Atelier de BD & mangas – ados et adultes

                           14h-16h30 : Dessinons ensemble

 .

Tout public :

Ven 10/01 : RAMDAM : projection de 4 des 10 meilleurs courts-métrages des 10 premières années du Ramdam – environ 1h20

Complices de Mathieu Mortelmans (30’)

Philippe a une relation difficile avec son fils adolescent Hugues qui un soir, en état d’ivresse écrase un cycliste avant de prendre la fuite. Phillipe est juge mais il tente de protéger son fils. Pourtant, quand il apprend plus de détails sur l’accident. Il regrette sa décision…

Lost in the Middle de Senne Dehanschutter (17’)

Steven et Abdel, deux jeunes belges partent pour la Syrie. Le premier est journaliste et le second veut combattre. Ils ont pourtant bien plus de choses en commun qu’ils ne le pensent.

Sans Mobile Fixe de Jérôme Peters (15‘)

Nono et Janine sont un couple de septuagénaires qui vivent heureux dans leur modeste foyer.

Un matin, ils apprennent qu’ils sont expulsés. Préférant mourir plutôt qu’être mise à la porte, Janine demande à Nono de la tuer.

Une Sœur de Delphine Girard (16’)

Une nuit. Une voiture qui roule à vive allure. Une femme en danger. Elle passe un appel.

 .

Ven 31/01 : 19h : ciné-club spécial RAMDAM : « En quête de sens », N. Coste, M. de la Ménardière, 2015 – 87 min – documentaire

Ni un film environnemental, ni un film de voyage, ni réellement fictionné, ni totalement documentaire, incarné mais pas intimiste, ce film ressemble au road-movie d’une génération désabusée à la recherche de sagesse et de bon sens.  En rapprochant les messages d’un biologiste cellulaire, d’un jardinier urbain, d’un chamane itinérant ou encore d’une cantatrice présidente d’ONG, Marc et Nathanaël nous invitent à partager leur remise en question, et interrogent nos visions du monde. Ce documentaire a été coproduit grâce à une campagne de financement participatif qui a mobilisé 963 internautes. Il est distribué de manière indépendante par l’association Kamea Meah.

 

Collection des « Livres qui dérangent »: nouveautés

ramdam 2019 livres qui dérangent

L’année dernière, à l’occasion du Ramdam Festival de Tournai, nous avions lancé notre collection de « Livres qui dérangent ». Alors qu’une nouvelle édition du festival du film qui dérange démarre, nous allons vous présenter quelques-uns des nouveaux titres qui ont rejoint cette collection. Rendez-vous du 14 au 22 pour les nouveaux « livres qui dérangent »!

Logo collection les livres qui dérangent

Ciné club: « La merditude des choses » de Felix Van Groeningen (Belgique – 2009 – comédie dramatique)(RAMDAM)

Vendredi 23 mars à 19h, nous vous proposons de voir GRATUITEMENT « La merditude des choses », « De helaasheid der dingen » en V.O., comédie dramatique aussi drôle que socialement interpellante de Felix van Groeningen. Ce film est l’adaptation du roman autobiographique éponyme de Dimitri Verhulst (durée: 108 minutes).

.

La merditude des choses poster

.

De quoi ça parle?

Gunther Strobbe a 13 ans et une vie compliquée. Le jeune garçon partage le toit de sa grand-mère avec son père et ses trois oncles. Quotidiennement, il baigne dans un climat de beuveries effrénées, de drague éhontée et de glande constante… Tout porte à croire qu’il subira le même sort, a moins qu’il ne parvienne à se « démerder » de là…

.

La merditude des choses 03

.

Ce qu’on en a dit:

« Bienvenue en enfer ? Oui et non, car ce film flamand est réjouissant au possible. Une alchimie parfaite entre lose totale, avec décors grisâtres assortis, et énergie dévorante. Les Strobbe sont machos, glandeurs, pathéti­ques, violents à l’occasion, mais Felix Van Groeningen les filme avec la tendresse que Cassavetes avait pour ses paumés.

Construit en allers et retours entre l’enfance de Gunther et sa vie d’adulte cynique, ce portrait de famil­le ose tous les excès, toutes les grossièretés sans jamais sombrer dans la vulgarité. Dans sa manière d’éructer, il pourrait être une chanson de Jacques Brel. Revigorant dans sa désespérance même. » (Guillemette Odicino – Télérama – Source)

« De façon subtile, le film traite de ce qu’est un héritage, tant sur le plan de ce que l’on en peut en faire consciemment, que sur celui de la tendance pesante à reproduire.  » (Positif)

.

Un petit aperçu?

.

Le prochain film du ciné-club?

« The Broken Circle Breakdown » de Felix Van Groeningen (Belgique, 2012, drame, 111 minutes) le 18 mai à 19h.

Fin du mois « qui dérange » (sur le blog seulement)

Collection livres qui dérangent vue ensemble

Ça y est. L’édition 2018 du Tournai Ramdam Festival est finie. Nous vous avons présenté ici une partie de notre nouvelle collection de « Livres qui dérangent » durant le mois. Elle continuera bien sûr à grandir et à être mise à votre disposition. Notre ciné-club qui vous proposera six films d’éditions précédentes du Ramdam en 2018 a été lancé hier soir avec « Angle Mort » et un chouette débat a suivi cette projection (nous vous attendons pour le prochain film en mars). Le meuble du Ramdam est arrivé et des DVD de films et documentaires de précédentes éditions du Ramdam sont disponibles au prêt (50 centimes pour une semaine). Nous pouvons clôturer sur ce blog notre mois consacré aux histoires qui dérangent, en sachant que l’aventure continue en (et hors) nos murs.

Et pour terminer en beauté, voici un petit extrait important ET dérangeant d’un court métrage belge, « Dormir au chaud » de Pierre Duculot (plus d’informations ici), qui date de 2006 mais qui, malheureusement, a maintenant des allures prémonitoires quand est en train d’être débattue la possibilité d’adopter une loi sur les visites domiciliaires (on en parle notamment ici):

Ramdam: premiers DVD du Centre de Lecture

Comme nous vous l’avions annoncé, nous collaborons désormais avec le Tournai Ramdam Festival et nous avons reçu, à l’occasion de cette collaboration, le meuble officiel du festival pour ranger et proposer à la location des DVD des précédentes éditions.

Les premiers DVD disponibles dans le cadre de cette collaboration, prêtés par la bibliothèque de Tournai, sont empruntables dès vendredi 26 janvier 19h au Centre de Lecture. Quinze films qui dérangent pour votre plus grand plaisir. Ils peuvent être empruntés pour une semaine et pour 50 centimes chacun (attention, des amendes seront demandées pour les jours de retard afin que tout le monde puisse profiter du plus de films possibles).

N’hésitez pas à venir emprunter ces DVD lors de la projection du premier film de notre nouveau ciné-club, « Angle Mort » de Nabil Ben Yadir (le 26/01 à 19h).

Meuble Ramdam et premiers DVD 02 petit

Les livres qui dérangent: « L’Occident terroriste », Noam Chomsky & André Vltchek

 

collection l'occident terroriste

De quoi ça parle?

Dans ce livre, Noam Chomsky s’entretient avec le réalisateur et journaliste d’enquête Andre Vltchek sur la puissance de l’Occident et son appareil de propagande. « L’Occident terroriste » constitue une excellente introduction à la pensée politique de Chomsky et une lecture éclairante sur le véritable rôle de l’Occident dans le monde. S’ouvrant sur l’histoire du kiosque à journaux de New York où le jeune Chomsky a commencé à faire son éducation politique, la discussion s’élargit progressivement sur des sujets tels que le colonialisme et le contrôle impérialiste, la propagande et les médias, la puissance et le déclin des États-Unis. Les auteurs critiquent de façon magistrale l’héritage du colonialisme et l’exploitation des ressources naturelles par l’Occident en effectuant un retour sur les grands événements qui ont jalonné le XXe siècle. Ce livre d’entretiens est une bouffée d’air frais pour tous ceux et celles qui refusent de se laisser gagner par le cynisme et la déception devant l’état du monde actuel.

.

Pourquoi ça dérange?

Quand on parle de terrorisme viennent tout de suite à l’esprit l’État islamique et autres joyeusetés « non-occidentales ». Nous oublions allègrement et facilement à quel point l’Occident a, lui aussi, et de manière beaucoup plus massive, réalisé bon nombre d’actions terroristes qui ont entraîné la mort de millions de personnes, ce après la seconde guerre mondiale (ne parlons pas des périodes antérieures…).

Ce livre propose de rappeler ces faits qui permettent de relativiser et de recontextualiser ce qu’on considère comme un acte terroriste à notre époque. Voilà un essai qui devrait être étudié en cours d’histoire en secondaire…

.

Logo collection les livres qui dérangent

 

Ciné-club: « Angle Mort » de Nabil Ben Yadir (Belgique – 2017 – thriller) (RAMDAM)

Quittons les livres pour parler film aujourd’hui avec le « film qui dérange » qui sera projeté vendredi prochain (vendredi 26 janvier) au Centre de Lecture à 19h. La projection sera gratuite mais nous vous demandons de vous inscrire à celle-ci avant (inscriptions jusqu’au jeudi 25 janvier compris). C’est un essai, nous ne savons pas si un ciné-club pourrait intéresser les gens, dès lors si c’est une initiative qui vous intéresse, merci de nous le faire savoir en assistant à la projection. Parlons un peu du film que vous pourrez voir en janvier:

Angle mort

De quoi ça parle?

Jan Verbeeck, le flic le plus populaire de Flandre, démissionne du poste de commissaire de la brigade des stups pour s’engager dans un parti populiste et nationaliste. Lors d’une dernière descente dans un labo clandestin à Charleroi, son passé refait surface et déclenche une série d’évènements aussi imprévisibles qu’incontrôlables.

angle-mort.20170303013404

Pourquoi ça dérange?

Ce thriller nerveux qui nous fait voyager d’Anvers à Charleroi nous propose, entre ses scènes d’action bien trempées, une réflexion plus que nécessaire sur le nationalisme, les frontières et le racisme qui gangrènent notre pays et qui s’affichent de plus en plus éhontément dans les médias et les discours politiques. A partir de 13 ans, certaines scènes étant assez violentes…

Ce film a fait l’ouverture de l’édition 2017 du Tournai Ramdam Festival.

Les livres qui dérangent: « Le syndrome du bien-être », Carl Cederström & Andrew Spicer

Le-syndrome-du-bien-etre

De quoi ça parle?

Vous êtes accro à la salle de sport ? Vous ne comptez plus les moutons mais vos calories pour vous endormir ? Vous vous sentez coupable de ne pas être suffisamment heureux, et ce malgré tous vos efforts ? Alors vous souffrez sûrement du syndrome du bien-être. Tel est le diagnostic établi par Carl Cederström et André Spicer.
Ils montrent dans ce livre comment la recherche du bien-être optimal, loin de produire les effets bénéfiques vantés tous azimuts, provoque un sentiment de mal-être et participe du repli sur soi. Ils analysent de multiples cas symptomatiques, comme ceux des fanatiques de la santé en quête du régime alimentaire idéal, des employés qui débutent leur journée par un footing ou par une séance de fitness, des adeptes du quantified self qui mesurent – gadgets et applis à l’appui – chacun de leurs faits et gestes, y compris les plus intimes… Dans ce monde inquiétant, la bonne santé devient un impératif moral, le désir de transformation de soi remplace la volonté de changement social, la culpabilisation des récalcitrants est un des grands axes des politiques publiques, et la pensée positive empêche tout véritable discours critique d’exister.
Résolument à contre-courant, ce livre démonte avec une grande lucidité les fondements du culte du corps et de cette quête désespérée du bien-être et de la santé parfaite.

.

Pourquoi ça dérange?

Dans notre société où la santé est la première chose que l’on souhaite aux gens mais devient également une autre manière de juger (des personnes ayant du poids à celles avec un handicap quelconque en passant par celles qui ont un problème plus ou moins visible génétique, d’addiction, accidentel ou autre), le culte du corps sain devient de plus en plus prégnant, encore plus si l’on considère que celui-ci se doit d’être mis au service de l’Entreprise. La personne malade devient une sorte d’anomalie, un ennemi contre lequel il faut lutter alors que rien de plus naturel que la maladie si l’on y pense…

Les auteurs de cet essai nous proposent de disséquer les croyances et nouvelles formes de « cultes » qui vénèrent la santé et ce qui se cache derrière cette recherche excessive du corpore sano auquel on n’associe plus tant que ça la mens sana. Loin de dire qu’être en bonne santé, c’est mal, ils veulent surtout dénoncer l’idéologie sous-jacente à recherche excessive de la nourriture optimale, de l’exercice sculpteur, des records et autres. Et ils mettent le doigt là où ça fait mal, dénonçant de nombreuses dérives parfois effrayantes entraînées par cette course au « mieux être »…

.

Logo collection les livres qui dérangent

Les livres qui dérangent: « L’installation de la peur », Rui Zink

L-installation-de-la-peur

De quoi ça parle?

La sonnette retentit dans l’appartement d’une femme vivant seule avec un enfant. Ignorant qui se trouve derrière la porte, la femme, méfiante, décide de cacher son enfant dans la salle de bains avant d’aller ouvrir. Sur le perron se trouvent deux agents du gouvernement qui l’informent de leur mission : la mise en application de la directive n° 359/13 exigeant l’installation de la peur dans chaque foyer. Faisant irruption violemment dans le salon, les deux visiteurs se lancent dans une inquiétante performance : tour à tour, ils haranguent la pauvre femme, dressant un tableau horrifique des maux de notre temps. Dans leur discours halluciné, tout y passe : crise, épidémies, catastrophes naturelles, misère sociale, guerre et torture, terrorisme… Ils agrémentent leur diatribe d’histoires effrayantes jouant sur les peurs primales de l’homme (peur de l’autre, de la maladie, de la folie…), qu’ils mettent en scène pour un effet d’épouvante maximum. Petit à petit, ils installent ainsi une violence sourde dans la pièce, entraînant la femme – et le lecteur – dans leur délire paranoïaque. Mission accomplie? Pas sûr. La peur a une vie propre, et ses ravages peuvent parfois se montrer inattendus…

.

Pourquoi ça dérange?

La peur, on pense tous la connaître. Mais sait-on d’où elle vient? Est-elle propre à chaque individu ou induite par la société dans laquelle on vit? Rui Zink pose la question de l’inscription de nos peurs dans le contexte qui a concouru a les créer. Et c’est ce qui pourra déranger, la prise de conscience de la manipulation dont nous pouvons être victime, aussi bien de la part de l’état que des médias. Le règne de la peur, c’est le règne de la docilité…

.

Logo collection les livres qui dérangent

Les livres qui dérangent: « La favorite », Matthias Lehmann (BD)

La favorite Matthias Lehmann

De quoi ça parle?

Orpheline, Constance est élevée par ses grands-parents, dans une maison bourgeoise de la Brie, à l’écart du monde. Le grand-père écoute Gustav Mahler dans un fauteuil, un verre à la main, maudissant le sort qui s’est abattu sur la famille il y a bien longtemps. Un sort qui a fait de lui un lâche et a poussé sa femme, qu’il hait, à punir et à battre cet enfant pour la moindre peccadille…

(www.bedetheque.com)

.

Pourquoi ça dérange?

Matthias Lehmann nous offre une histoire étrange, presque hors du temps, qui se base sur les apparences et notre propension à ne pas nous mêler de la vie des autres…

Expliquer pourquoi cette BD dérange demanderait que je vous dévoile deux ou trois retournements de situation surprenants, ce qui vous gâcherait le plaisir de lecture. La favorite est une de ces histoires dont il ne faut presque rien savoir en la débutant. Pour son côté dérangeant, il faudra donc me faire confiance.

.

Logo collection les livres qui dérangent