Les livres qui dérangent: « Ne suis-je pas une femme? », Bell Hooks

collection Ne suis-je pas une femme Bell Hooks

De quoi ça parle?

« Ne suis-je pas une femme ? », telle est la question que Sojourner Truth, ancienne esclave, abolitionniste noire des États-Unis, posa en 1851 lors d’un discours célèbre, interpellant féministes et abolitionnistes sur les diverses oppressions subies par les femmes noires : oppressions de classe, de race, de sexe. Héritière de ce geste, Bell Hooks décrit dans ce livre devenu un classique les processus de marginalisation des femmes noires et met en critique les féminismes blancs et leur difficulté à prendre en compte les oppressions croisées. Un livre majeur du « black feminism » enfin traduit plus de trente ans après sa parution ; un outil nécessaire pour tous à l’heure où, en France, une nouvelle génération d’afro-féministes prend la parole.

.

Pourquoi ça dérange?

Depuis l’affaire Harvey Weinstein et le #MeToo, le débat féministe a enfin pris le devant de la scène. Néanmoins, il reste très « blanc ». En effet, de nombreuses femmes dénoncent le manque d’intersectionnalité (le fait de combiner, par exemple, le féminisme avec d’autres luttes comme celle contre le racisme, la transphobie ou l’homophobie) dans celui-ci et sont, la plupart du temps, juste ignorées. Or, qui veut égalité pour tous ne parle pas juste des hommes et femmes blancs mais de chaque être humain, en toute logique. Il est donc temps de s’intéresser un peu plus à ce que les femmes de couleur, entre autres, ont a dire du féminisme. Or, Bell Hooks est une des figures représentatives de celles-ci et Ne suis-je pas une femme? reste un classique du genre, qui a malheureusement mis (très) longtemps à être traduit (merci aux éditions Cambourakis est à leur très bonne collection « Sorcières » pour cela).

Cet essai explore la question du « black feminism » en débutant par un long chapitre indispensable et horrible sur l’esclavage. Bell Hooks rappelle – ou nous apprend – les atrocités commises envers les femmes lors de cet honteux chapitre de l’histoire de l’humanité (qui n’est pas vraiment refermé, quoi qu’on en dise). Elle s’intéresse ensuite au traitement des femmes noires dans l’Amérique du XXe siècle et pose de nombreuses questions nécessaires. Elle nous pousse à réfléchir et à voir plus loin dans la lutte pour l’égalité. Ce qui nous oblige à remettre en cause ce que nous savons du féminisme et à voir plus loin que notre propre expérience. Chose primordiale si l’on veut enfin cesser de penser qu’il n’y a qu’une façon d’être femme, qu’une forme d’oppression et qu’une solution à présenter à celle-ci. Salutaire.

.

Logo collection les livres qui dérangent

Les livres qui dérangent: « Libres! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels », Ovidie et Diglee

collection Libres

De quoi ça parle?

« La seule certitude qu’il nous reste en matière de sexe : nous sommes les seules décisionnaires de ce que nous faisons de notre corps et rien ni personne ne devrait jamais nous dicter notre conduite. » Ovidie

Publicité, télévision, clips, blogs, magazines, applications, le sexe n’a jamais été aussi omniprésent dans notre environnement culturel. On en parle de plus en plus, mais en parle-t-on réellement mieux ? Au lieu de nous imposer un énième guide censé faire de nous des amantes parfaites, Ovidie et Diglee nous proposent de nous « foutre la paix » dans ce livre drôle, déculpabilisant et décomplexant.

.

Pourquoi ça dérange?

Encore un livre qui, normalement, ne devrait pas déranger. Mais dans le monde duel qui est le nôtre, où il faut à la fois être très actif au niveau sexuel et ne pas parler de sexe, aborder des sujets tels que les règles, le goût du sperme ou la sodomie n’est pas de « bon ton ». Pourtant il est primordial d’arrêter d’avoir peur des mots et d’appeler un chat un chat. Ovidie fait plus, elle discute avec nous de choses qui sont encore, pour certains, malheureusement tabous.

Malheureusement d’autant plus que ce manque de discussion empêche la gente féminine de se libérer des diktats impossibles et étouffants d’une société qui la veut, selon la formule consacrée, vierge et putain à la fois. Ovidie, forte de son expérience de diplômée en philosophie, d’actrice porno, de réalisatrice de documentaires et de chroniqueuse, nous parle de ces choses et nous aide, surtout nous les femmes, à mieux comprendre comment ne plus considérer uniquement que le plaisir masculin dans l’équation à multiples inconnues que sont les relations à notre corps et au(x) corp(s) de(des) être(s) aimé(s) ou juste désiré(s).

Le tout est agrémenté d’illustrations et de planches de Diglee qui ravissent par la variété des sexualités, ethnies et corpulences représentées, avec enfin des personnages qui ressemblent à ceux que l’on croise tous les jours dans la rue (par opposition à ceux qui peuplent nos films et nos livres).

.

Logo collection les livres qui dérangent

Nouvelle collection : les livres qui dérangent

Nouvelle année, nouveaux projets!

Ramdam festival logo

En 2018, le Centre de Lecture publique de Mont-de-l’Enclus va collaborer avec le Tournai Ramdam Festival en offrant au prêt des DVD d’œuvres cinématographiques qui sont passés au festival lors des éditions précédentes et en lançant un ciné-club qui, cette première année, vous proposera de voir ou de revoir des films néerlandophones du Tournai Ramdam Festival. Le premier film, « Dode Hoek »/ »Angle Mort », sera projeté vendredi 26 janvier à 19h au Centre de Lecture et pourra être vu gratuitement pour toute personne s’inscrivant avant le 25 janvier. A noter que si vous vous inscrivez assez à l’avance (les inscriptions sont déjà ouvertes), vous pourrez acheter en même temps une place à 5€ (au lieu 9€) valable pour un film au Tournai Ramdam Festival 2018.

Dode hoek

En plus de cette participation directe au Tournai Ramdam Festival, le Centre de Lecture va également lancer une collection qui lui a été inspirée par ce festival, la collection de « livres qui dérangent ». Le but est de mettre en avant des livres qui, soit par leurs idées, soit par leur histoire, bousculent les lecteurs et les poussent à réfléchir à ce qui est acceptable ou accepté dans notre société. Tout au long du mois, nous vous parlerons ici des premiers titres qui rejoindront cette collection en 2018.

Logo collection les livres qui dérangent

A venir en 2018…

En janvier 2018, le Centre de Lecture publique fête ses cinq ans. Après avoir dignement célébré cet anniversaire via divers événements ces derniers mois, nous lançons maintenant de nouveaux projets pour les cinq prochaines années.

Ramdam festival logo

En 2018, le Centre de Lecture débutera une collaboration avec le Tournai Ramdam Festival et proposera à la location des DVD de films du festival, DVD qui se trouveront dans le présentoir spécifiquement créé pour ce festival et offert par celui-ci (inauguration des présentoirs mercredi 10 janvier à 18h à la bibliothèque de Mouscron). A l’occasion, le Centre de Lecture débutera aussi une collection de livres qui dérangent, qui viendra rejoindre – et parfois compléter – celle consacrée aux plus petits éditeurs indépendants. Nous vous présenterons certains de ces livres tout au long du mois de janvier sur ce blog.

Logo collection les livres qui dérangent

En parallèle avec cette collaboration, le Centre de Lecture lancera un ciné-club qui aura lieu une fois tous les deux mois. Celui-ci sera entièrement gratuit et proposera, la première année, des films néerlandophones qui sont passés au Tournai Ramdam Festival. Le premier film projeté sera « Angle Mort »/ « Dode Hoek » de Nabil Ben Yadir (vendredi 26/01 – 19h). L’inscription est obligatoire pour pouvoir profiter du film gratuitement et si vous vous inscrivez assez tôt, vous pourrez également acheter pour 5€ (au lieu de 9€) une place valable pour un film du Tournai Ramdam Festival.

Dode hoek

Les mois où il n’y aura pas de ciné-clubs, à la place, nous vous proposerons une nouvelle rencontre, les « Bibliothécaire d’un soir ». Inspirées des « Libraire d’un soir » de la librairie Charybde (129, Rue de Charenton à Paris), ces rencontres vous permettront de découvrir les livres qui ont marqué la vie de personnalités du monde culturel. Elles débuteront vendredi 23 février (à 19h) avec Jean-Philippe Querton, auteur et éditeur enclusien (Cactus inébranlable éditions), qui sera donc notre premier bibliothécaire d’un soir. Lors de cette soirée, vous pourrez emprunter les livres dont il parlera et/ou acheter ceux qu’il a écrits ou publiés.

Jean-Philippe Querton