Semaine « Petits éditeurs » – Francis Rissin de Martin Mongin chez Tusitala

LOGO Tusitala Francis Rissin de Martin Mongin

Nous terminons ce tour des petits éditeurs avec les éditions Tusitala qui ont vu le jour en 2013 et qui, depuis, ont garni leur catalogue de livres hétéroclites, différents mais toujours recherchés. Nous adorons particulièrement « La nuit aveuglante » d’André de Richaud et « La bouche pleine de terre » de Branimir Šćepanović chez eux mais c’est de « Francis Rissin » de Martin Mongin que nous voulons parler aujourd’hui.

 

De quoi ça parle?

De mystérieuses affiches bleues apparaissent dans les villes de France, seulement ornées d’un nom en capitales blanches : FRANCIS RISSIN. Qui est-il ? Comment ces affiches sont-elles arrivées là ? La presse s’interroge, la police enquête, la population s’emballe. Et si Francis Rissin s’apprêtait à prendre le pouvoir, et à devenir le Président qui sauvera la France ?

Pour son premier roman, Martin Mongin signe un livre vertigineux. Un roman composé de onze récits enlevés, onze voix qui lorgnent tour à tour vers le roman policier, le fantastique, le journal intime ou encore le thriller politique, au fil d’une enquête paranoïaque sur l’insaisissable Francis Rissin. Avec une maîtrise rare, Martin Mongin tisse sa toile comme un piège qui se referme sur le lecteur, au cœur de cette zone floue où réalité et fiction s’entremêlent.

Autant marqué par l’art de Lovecraft, de Borges ou de Bolaño que par la pensée de La Boétie ou d’Alain Badiou, Francis Rissin est un premier roman inventif et inattendu, au propos profondément politique.

 

Pourquoi ce livre?

« Francis Rissin » est le type de roman dont il faut savoir le moins possible en le commençant parce qu’il offre une expérience unique de lecture. Tout ce que je vous dirai, c’est qu’il est découpé en 11 parties et que d’une anecdote racontée devant des étudiants naît une histoire inattendue, étonnante et d’une ampleur incroyable, histoire qui va s’étoffer peu à peu et nous mener loin, très loin.

Chapeau à l’auteur qui n’a pas eu froid aux yeux et qui a osé beaucoup de choses, y compris de prendre le risque de nous perdre en nous laissant construire le sens de son récit tout en nous donnant peu à peu les clés pour comprendre celui-ci. C’est un exercice de style incroyable et qui se paie le luxe d’en plus avoir un message à faire passer, et pas des moindres.

J’ai été très impressionnée par ce livre. J’ai envie de vous le conseiller plus que fortement en vous demandant de lui faire confiance et de lui laisser le temps de dérouler son mécanisme et de faire sens, parce que « Francis Rissin » s’enrichit au fur et à mesure des couches de sens qui lui sont rajoutées pour finir par une révélation aussi inattendue que délicieuse.

On en parle aussi sur Mots pour mots, sur Black Novel 1, sur Encore du noir! et sur EmOtions.

Les livres qui dérangent: « Vulnérables », Richard Krawiec

Collection Vulnérables

De quoi ça parle?

Lorsque Madame Pike rentre du travail, elle trouve devant chez elle une estafette de police. Guidés par son mari, deux agents sont en train de constater les dégâts perpétrés dans la maison familiale. Cambriolée. Saccagée. Souillée. Le vieux couple est sous le choc. Leur fille, enceinte de neuf mois, demande à son grand frère Billy de leur venir en aide.

Quadragénaire à la vie en miettes qui n’a pas vu ses parents depuis plusieurs années, Billy revient donc en ville. Sans trop savoir pourquoi. Lui, l’ancien délinquant qui a braqué tant de maisons, se retrouve à devoir veiller sur son père et sa mère, traumatisés. Et à retourner dans la ville qui l’a vu basculer.

Partant de cette simple histoire de cambriolage, Richard Krawiec met le doigt où ça fait mal, et décompose méticuleusement les secrets troubles et les terreurs enfouies d’une famille moyenne américaine. Une plongée dans les entrailles sombres d’un pays renfermé sur lui-même, gangrené par la paranoïa et rongé par le malaise.

.

Pourquoi ça dérange?

Sous des allures de drames familial, Richard Krawiec dissèque dans Vulnérables la société bourgeoise américaine et dénonce ses dérives. Billy est un petit voleur minable issu d’une famille « comme il faut ». Pourquoi en est-il arrivé là alors? L’histoire de sa vie –  qui nous sera racontée dans ce roman à travers quelques flashbacks – expliquera d’une certaine manière ce destin étonnant.

En décrivant de manière aussi cinglante les dessous d’une famille américaine, qui derrière le règne du paraître renvoyant aux voisins une image idyllique cache de lourds secrets pas très reluisants, l’auteur nous invite à nous confronter à ns mensonges et à réfléchir à ce que ceux des autres peuvent bien cacher. Une histoire qui met mal à l’aise et qui pourtant touche par sa sincérité.

.

Logo collection les livres qui dérangent